Faux en écriture criminogène qui aurait pu provoquer un accident mortel par haute tension et chute de 4,00 m de haut.

Dans le but de rédiger un témoignage à publier, je souhaiterais retrouver l'un des protagonistes de l'incident grave pour lequel je me trouvais en première ligne.

Je n'avais pu joindre le chef du service technique de l'intercommunale du nom de l'ALE à l'époque, ce chef du service technique était parfaitement au courant de la situation et nous communiquions régulièrement à ce sujet.

Il était absent au moment où je téléphonais le matin à la première heure, ayant constaté l'incident vers 22:00 h la veille.

La personne au central téléphonique de l'intercommunale m'a répondu de manière totalement inappropriée par rapport à la situation. J'ai donc confirmé l'entretien en envoyant une télécopie à cette intercommunale, afin de pouvoir prouver que j'ai tenté en vain de l'avertir de la gravité de la situation . S'il arrivait un accident mortel,  l'on m'accuserait d'en être responsable, et de n'avoir averti personne. 

Coïncidence fortuite, le directeur de l'éclairage public se trouvait devant le télécopieur au moment où ma télécopie sortait de l'appareil. Machinalement, il la lit et me téléphone immédiatement en insistant pour que je l'appelle d'urgence sur son numéro personnel de GSM sans passer par le central téléphonique.

Je venais de quitter le hall où se trouvait mon télécopieur pour me rendre dans un autre bâtiment où j'avais heureusement un second poste téléphonique avec répondeur et j'entendais que ce directeur me laissait un message en cherchant fébrilement la clé pour ouvrir ce local.

Lorsque je le rappelle , il me dit être parfaitement au courant de la situation et n'avoir jamais réussi à être reçu par le Bourgmestre de la commune, malgré de très nombreuses demandes de rendez-vous.

Il a immédiatement envoyé une équipe technique avec le camion muni de la benne pour atteindre les appareils d'éclairage public mettre l'installation dangereuse hors service.

Il a envoyé copie de ma télécopie au Bourgmestre afin d'obtenir un rendez-vous: j'avais la copie de cette missive sur mon télécopieur en début d'après-midi.

Il a obtenu le rendez-vous étant donné le contenu de ma télécopie en ce qui concerne le mode opératoire du Bourgmestre.

32 poteaux sur 33 et 24 appliques sur 24 ont été mis hors service pendant plusieurs mois, favorisant les cambriolages multiples, et le Bourgmestre est resté sur ses positions.

La gravité de la situation était telle qu'il m'a demandé si j'étais d'accord de participer à la mise en oeuvre d'une opération plus décisive pour laquelle j'étais la plus "exposée".

Finalement, après réussite de cette "opération décisive", la commune a été contrainte de mettre en ordre l'éclairage public.

Au sujet du risque d'électrocution avec de la haute tension, que j'ignorais, je souhaiterais qu'il me reprécise le phénomène provoquant la haute tension dans ce cas d'espèce.

Cet évènement a eu lieu aux environs de l'année 2000.

Lorsque les travaux de mise en ordre de l'éclairage public ont commencé, je n'ai pu le joindre à son n° GSM privé et la centrale téléphonique de l'intercommunale m'a appris qu'il était pensionné.

"L'as-t-on pensionné ? ou était-il pensionné de son plein gré?  quant à moi, j'ai dû choisir entre la pré-pension ou le C4, après avoir été menacée de licenciement pour faute grave..."

C'est un peu une bouteille à la mer que ce "message" : jusqu'ici, mes démarches ne m'ont pas permis de retrouver cet ancien directeur de l'éclairage public, pensionné aux environs de l'année 2000.