Simenon malgré lui

Dans un premier essai publié en 1964 et consacré, lui aussi, à l'auteur de La Neige était sale, Anne Richter se posait une question essentielle : le bonheur et la transcendance existent-ils pour Simenon ? A l'époque, elle répondait non. Interrogeant à nouveau l'œuvre simenonienne qui s'est, en un quart de siècle, enrichie de plusieurs livres majeurs, Anne Richter aboutit aujourd'hui à une conclusion très différente : bien sûr, dit-elle, les moments de joie sont rares chez Simenon, mais ils sont moments de fusion avec le monde, des instants de jubilation, des minutes inouïes qui donnent à l'univers de l'écrivain sa véritable dimension. Un livre inattendu révélant pour la toute première fois les aspects méconnus d'un auteur de légende. Jean-Baptiste Baronian

Fiche

Visuel
Année
1993
Édition
Bernard Gilson éd., Renaissance du livre (La)