Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Publié le  31.07.2015

souvent, le hasard fait que je rentre dans des cimetières. sans doute à chercher des dates qui correspondent, sans doute à chercher l’endroit parfait. qui prendrait tout son sens.

mais nous n’en sommes pas là.

à force de retourner sur ses pas, à force d’être forcée à revenir dans des lieux, dans des cercles d’amis, dans des cercles de familles, dans des routines d’entraînement.

se pose la question du souvenir.

sachant qu’on se trompe souvent, sachant qu’on compose au mieux, sachant qu’un disque, qu’une photographie …

mais tout bouge, tout respire et cette impossibilité de mettre sur papier, alors parler.

je me rends compte qu’alors que je croyais avoir avalé, digéré, je reste machine à ingurgiter, à malaxer, à rejeter au mieux, des hommages, des inflexions de voix, des flexions de poignets.

la liste des personnages comme nuancier.

j’ignorais l’étendue des saveurs, des douceurs, des envahissements successifs.

ne sachant plus, n’ayant plus accès à l’écriture à passer sur papier mais avec ces histoires qui débordent de ma bouche, j’ai posé l’improvisation, l’immédiateté comme principe d’écriture.

« les petits ruisseaux font les grandes rivières » chante jeanne moreau.

comme tout a de l’importance soudainement, comme chaque minute révèle des siècles soudainement, comme chaque rencontre additionne plus qu’elle ne soustrait.

isabelle adjani / acdc / U2 / marianne faithfull / dolly parton / gloria gaynor / sonic youth / pj harvey / julie andrews / natalie dessay / blur / kate bush / suzy delair / the clash / sparks / eagles / patti smith / alt j / lou reed / brigitte fontaine / marlene dietrich / les gilles de binche / harry belafonte / adriano celentano …

ça pourrait être n’importe qui mais c’est seulement nous. tellement serrés.

je vous invite sur mon sofa, vous regardez mon calendrier, vous mangez un chipito, une boule au coca, vous buvez un vermouth, le cendrier est plein, le tapis très usé, mes mains vous serrent, et nous sommes un choeur vers la fin de la journée. un travail.

une journée de travail.

c’était ce moment où le théâtre est un peu sorti de ma vie, où les règles ont passé de bord, gentiment. alors que je pensais qu’un geste d’écriture se doit d’être univoque dans l’emploi d’une main gauche, d’une main droite avec dedans chacune un outil de reproduction.

il ne reste rien.

qu’une chambre à combler.

 

photo : isabelle bats

À découvrir aussi

Europe, tu ne peux te contenter d'être mémoire

  • Fiction
Faute de se faire, l'Europe - mieux vaudrait parler des Europes, de les construire, et de les rendre réellement solidaires - ne cesse d'engendrer, dans chacun des pays censés la composer, une nuée de ...

Enveloppement

  • Fiction
En conversation avec Myriam Le Basque, à Marseille. Où vous voyez que je ne finis pas toujours mes phrases. Où il s’agissait de prendre la parole et d’envelopper de voix un propos, de faire corps. Par...

Le non-achat compulsif

  • Fiction
Non, aujourd'hui, je n'ai pas bénéficié des 500 points-plus à l'achat d'un paquet de 56 tablettes pour mon lave-vaisselle, ni de la boîte de cure-dents gratuite à l'achat de deux tubes de dentifrice. ...

Ce que vous avez semé est tombé dans l'oreille de Myriam Saduis - Le billet du comité

  • Fiction
Myriam Saduis est metteuse en scène et autrice. Membre du comité belge de la SACD, elle fait partie de la délégation à> Avignon et ramène une dernière impression du Festival, en forme d’échantillon...