Qualité Cassiers

Publié le  09.07.2010

Après le fiasco du premier soir en Cour d'honneur, c'est frémissant que je suis arrivé hier soir à l'Opéra pour la première de « L'Homme sans qualité I » (deux autres volets suivront), mis en scène par mon compatriote néerlandophone Guy Cassiers, d'après l'œuvre-fleuve de Robert Musil. Pas l'once d'une envie d'accumuler les déceptions. D'autant plus frémissant que l'« Atropa », du même Cassiers, vu dans la même salle deux ans plus tôt, m'avait copieusement ennuyé.

Ce n'est ni la déception ni l'ennui qui m'ont finalement fait frémir hier soir mais la beauté époustouflante d'un texte majeur, le savant dosage des divers canaux d'énonciation, la justesse dramaturgique d'une équipe de théâtre en pleine possession de ses moyens.

Particulièrement subtil et juste : l'entremêlement du narratif et du dramatique, où comment glisser du roman à la scène en une phrase précisément adressée ; en un « tu » qui devient « il » ; en une présence physique d'une figure absente de la situation, en un mouvement de caméra inattendu sur les surfaces de projection.

Il y a quelques années, dans « Comme un manifeste » (à télécharger gratuitement sur Bela), Jean-Marie Piemme écrivait ceci :

 

« La lecture de Musil n'enferme pas, elle ouvre.

L'œuvre enjoint au lecteur d'ouvrir les yeux sur la marche du temps. Elle se présente

à nous comme un travail de la forme à son plus haut niveau (précisons qu'il n'y a que

les crédules et les croyants pour croire que le contenu marche tout seul).

Elle s'offre en formidable riposte à l'infantilisme. Elle prend la bêtise d'hier à la

gorge, elle stigmatise l'illettrisme d'aujourd'hui.

(...) »

 

Dans cette perspective, Cassiers ne trahit aucunement Musil. Bien au contraire, il prolonge la réussite d'un projet littéraire en une réussite proprement scénique en phase avec son époque. 2010 se mire en 1913 ; la désillusion d'Ulrich questionne celle d'aujourd'hui ; nos chevaux ont la chiasse et personne ne comprend pourquoi ; notre décor est mouvant, insaisissable, s'y raccrocher, c'est-à-dire se raccrocher au réel, est impossible ; notre désir de symétrie à la Vinci ne s'incarne qu'en joyeux désordre à la Ensor ; si seulement la Mémoire et la Kultuur parvenaient à... ; si seulement la Renaissance... ; si seulement l'Amour...

 

                                                                                                         *

 

Aux Doms, 3è des Langues paternelles à 11h00. Venez !

 

                                                                                                         *

 

Post-scriptum transparence : je bénéficie d'une accréditation presse pour 15 des 20 spectacles du In auxquels je prévois d'assister. Je paie les 5 autres au tarif professionnel.

À découvrir aussi

Au cœur de l’enquête

  • Fiction
À la recherche probable d'un caillou supplémentaire à mettre au fond du sac de ses histoires, voilà le récolteur de paroles qui est assis à une table de réunion où va se décider l'attribution de logem...

Brume de Dieu

  • Fiction
"Nous avons besoin de courage et de force pour passer par une période de dissonance. C'est par la peur de la dissonance et parce qu'on s'adapte au passé qu'on ne fait pas de progrès. Il ne faut pas s'...

Promenons-nous dans les bois

  • Fiction
Peu de mots (mais des mots importants), peu de mouvements (mais des mouvements importants), le théâtre de Gisèle Vienne semble celui d'une plasticienne sure d'elle-même et appliquée.   Peu de mots (m...