• Audiovisuel – Film documentaire
affiche du festival En Ville !

Festival "En ville !" : rencontre avec Mathieu Volpe

  • Interview
Réalisateur de film documentaire, Mathieu Volpe explique en quoi la crise sanitaire et le confinement lui a permis d'ouvrir de nouvelles perspectives en termes de lieu et mode de diffusion, de construction des récits, de rapports au public et à ses pairs, etc.

Et si on se passait de patrons?

Se passer de patrons, c'est possible, en Belgique, et des travailleurs l'ont prouvé, notamment au Balai Libéré, entreprise de nettoyage de l'université de Louvain-la-Neuve (photo), aux Sablières de Wauthier-Braine et à la coopérative des Textiles d'Ere (Tournai), filature qui a fonctionné en coopérative pendant près de 30 ans. C'est surtout sur cette troisième expérience qu'est centré le film. Les travailleuses (90 % du personnel est composé de femmes), dont les souvenirs ont été ravivés par une vidéo tournée à l'époque, racontent l'occupation de leur usine.

A l'ombre des buildings en fleurs

Tous les téléspectateurs européens connaissent l'image-symbole des Communautés Européennes à Bruxelles : la croix du bâtiment du Berlaymont, mais ignorent généralement que, dans les années '70 et '80, des locataires expulsés ont refusé de voir leur quartier transformé en dalles de béton et se sont battus pour que leurs maisons ne soient pas démolies pour faire place à de nouvelles extensions. Ils ont ainsi sauvé trois îlots d'habitations.

Terre-mère

Céramiste ? Cela évoque les sempiternels pots et plats. Cela peut être bien d'autres choses. Pascaline Wollast, dans son atelier comme dans un étrange navire, travaille la terre. Elle en fait naître des personnages grandeur nature. Entourée de ses sculptures amies, elle les cuit ensuite, un jour et une nuit, dans un four de sa conception. En sortent des personnages-insectes, s'écartant de la larve pour s'essayer à l'envol.  

La souris péremptoire

" Lucie Ninane était conservatrice du Musée d'Art Ancien à Bruxelles, où elle a travaillé pendant plus de 30 ans. C’était une vieille dame passionnante, drôle et peu conventionnelle. C’était une amie. Ce film documentaire est un portrait d’elle au travers de ses passions : la peinture flamande ancienne, son métier et “son” musée, qui abrite quelques-uns des plus beaux tableaux anciens du monde.

Plutôt la vie

« Je lui ai dit :”Myriam, raconte-moi une histoire. Elle en avait les larmes aux yeux. Raconter des histoires, c’est précisément ce qu’elle aime. Elle s’appelle Myriam Mallié. Elle est une de nos meilleures conteuses. Et elle m’a parlé de Gilgamesh, “l’homme qui ne voulait pas mourir”, qui est allé “au-delà du bout du monde” pour rencontrer Utanapishti, le héros du Déluge, et obtenir de lui le secret de la vie sans fin.