Florence Richter

  • Écrit

Biographie

Florence Richter, née en 1967, est la fille de l'écrivain Anne Richter, et la petite-fille du poète Roger Bodart et de la romancière Marie-Thérèse Bodart.

Criminologue, éditrice, journaliste, autrice de fictions :

Criminologue de formation (U.L.B.), Florence Richter a travaillé dans ce secteur durant une dizaine d’années, notamment comme chercheure à l’ULB, directrice de la Maison de la Prévention de Huy, et comme analyste criminelle au Commissariat de police de Molenbeek.

Elle a ensuite changé d’activité, et a été administratrice-déléguée de la tribune de conférences Midis de la Poésie à Bruxelles, éditrice à La Renaissance du Livre, et chercheure associée pour le Groupe FNRS « Droit et Littérature » (Université Saint-Louis-Bruxelles). A La Renaissance du Livre, F. Richter a initié et réalisé les éditions ou rééditions d'oeuvres d'André Schmitz, Liliane Wouters, Patrick Virelles, ou Irène Stecyk, notamment.

Depuis 2002, elle est rédactrice en chef, au Ministère de la Culture (Fédération Wallonie-Bruxelles), du bimestriel Lectures.Cultures (revue professionnelle des bibliothèques publiques, centres culturels et PointCulture).

Entre 2016 et 2020, Florence Richter a été chroniqueuse au quotidien La Libre Belgique, pour la rubrique « Débats ».

Elle a notamment publié :

- un essai, Ces fabuleux voyous : crimes et procès de Villon, Sade, Verlaine, Genet (éd. Hermann, 2010, préface de François Ost), prix Léopold Rosy de l’Académie royale de Belgique. Voir aussi le site https://www.editions-hermann.fr/livre/ces-fabuleux-voyoux-florence-richter ;

- un conte philosophique, La déesse et le pingouin (éd. Avant-Propos, 2014). Voir aussi le site www.ladeesseetlepingouin.com ;

- et un roman-pamphlet, Qui est Georgette ? 2046-2054 (éd. Samsa, 2019).

Essai, conte philosophique, et roman-pamphlet :

Dans l'essai Ces fabuleux voyous : crimes et procès de Villon, Sade, Verlaine Genet, on lit une analyse des procès de droit commun de ces quatre écrivains français célèbres, qui tous ont été délinquants, condamnés par la justice de leur époque, emprisonnés, et qui ont écrit une partie de leur oeuvre durant leur enfermement. Trouve-t-on chez ces écrivains, des caractéristiques communes ayant entrainé leurs délits et crimes ? Comment la justice les a-t-elle traité ? Quels textes littéraires ont inspiré leurs actes, leurs jugements et leurs peines ? Si on peut qualifier Villon et Verlaine de "délinquants malgré eux", aux actes plutôt occasionnels et même accidentels, par contre Sade et Genet se sont bâtis une orgueilleuse morale personnelle; ils revendiquent le droit au mal, ils le sacralisent comme d'autres sacralisent le bien : Sade et Genet proclament que tout ce qui est humain leur est étranger, le mal étant la seule souveraineté qu'ils reconnaissent. Tous deux sont des "astres noirs" (selon la formule de Cocteau).

Dans le conte La déesse et le pingouin, l'autrice provoque une rencontre imaginaire, dans les années 1950 en Suisse, entre Carl Gustav Jung (père de la "psychologie des profondeurs") et Rose, une jeune femme instinctive, sauvage, omnisciente. Entre Carl et Rose, les longues discussions circulent à travers le savoir humain : de l'histoire des spiritualités, à l'économie anti-capitaliste, ou l'éthologie, par exemple. Et ces propos sont entrecoupés de scènes très physiques : repas familiaux, construction de la Tour de Bollingen, scène de sexe, et meurtre d'un inconnu. Dans sa préface à ce conte, François Ost le qualifie de "récit aussi riche que mystérieux, un parfum envoûtant s'en dégage. On ne résume pas un conte philosophique, précisément parce qu'il ne se réduit ni à une thèse ni à un scénario. On ne peut que le lire et le relire, en faire à son tour l'expérience."

Dans le roman-pamphlet Qui est Georgette ? 2046-2054, on est en effet début des années 2040, à Bruxelles où s'installe une bizarre épidémie, et l'on retrouve le personnage de Rose, devenue cheffe d'orchestre et militante écologiste. Elle est accompagnée d'Alice... une pieuvre qui parle, et critique les excès des humains sur Terre... mais Alice raconte aussi la fin du monde... Ici, le ton se fait à la fois tragique et comique, mêlant thriller, étrange, et poésie. Un fil rouge traverse le roman : que dire (et vivre) de la sexualité sur la planète Terre, si on compare celles des humains, des animaux, et des végétaux ?

Les deux romans de Florence Richter relèvent de la littérature fantastique et de l'Etrange, mais aussi de l'écoféminisme militant. Un troisième roman est en cours d'écriture.

Les archives littéraires de la famille d'écrivains Bodart-Richter :

Depuis le décès de sa mère, l'écrivain Anne Richter (1939-2019), Florence Richter poursuit le projet lancé par Anne Richter, de rééditer l'oeuvre des ses parents (et grand-parents de F. Richter) : les oeuvres du poète et essayiste Roger Bodart (1910-1973) et de la romancière et dramaturge Marie-Thérèse Bodart (1909-1981), sont en cours de réédition chez l'éditeur belge Samsa.

D'autre part, depuis 2019, F. Richter a décidé de donner aux A.M.L. (Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles) la majorité des archives de la famille d'écrivains Bodart-Richter. Ces dons s'effectuent par lots et seront terminés en 2022. Les "Fonds Roger et Marie-Thérèse Bodart" et "Fonds Anne Richter" ont été créés aux A.M.L. : à côté des collections (bien fournies) qui existaient déjà aux A.M.L. sur ces trois auteurs, les fonds ainsi créés, ont été alimentés par F. Richter, avec 450 lettres environ, des centaines d'articles et de photos, quelques manuscrits, et d'autres documents notamment "Midis de la Poésie, période Roger Bodart + période A. et F. Richter". Un "Fonds Florence Richter" a aussi été créé.

 

2020

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2019

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Littérature générale
  • Écrit – Littérature générale
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2018

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2017

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2016

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage
  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2014

  • Écrit – Littérature générale

2013

  • Écrit – Littérature générale

2011

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2010

2001

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

2000

1997

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

1995

  • Écrit – Presse / sciences humaines / pratique / apprentissage

Prix

2010

Prix Léopold Rosy

Académie de Langue et Littérature françaises de Belgique