Biographie

Némo Camus (°1994, Paris) est un artiste et réalisateur sonore basé à Bruxelles. Après un parcours dans la recherche universitaire en cinéma et en sociologie à l’Université Paris VIII, il s’oriente vers la création sonore et intègre le Master Réalisation Radio de l’INSAS en 2019.

Son travail, ancré dans une démarche dialectique, travaille les allers et retours entre récits intime et Histoire, milieu et individu, matière et pensée, militance et poésie. À travers ses créations radiophoniques et installations sonores, il hybride documentaire et fiction, création sonore et field recording, dans un souci de travailler avec toujours plus de subtilité la trace, l’indice, la suggestion.

Il aborde la question de la relégation spatiale et du spectre de la colonisation française dans Histoire de ma cité (coréalisé avec Esther Laurent-Baroux, 50 min., DUUU*, 2020), documentaire sonore autour de l’histoire des cités de transit. Deux générations portent un regard l’une sur l’autre, évoquent l’âge de l’enfance et ses enchantements, esquissant les traits d’une mémoire collective de ce morceau de banlieue marqué par l’histoire coloniale française.

Avec Difé (15 min., Jef Klak, 2021), il explore la manière dont les sonorités d’un milieu sont porteuses d’un message puissant. Au travers de prises de son effectuées avec des travailleurs agricoles d’une bananeraie, il aborde le scandale du chlordécone, pesticide responsable de l'empoisonnement féroce de la terre, de l'eau et des corps de Guadeloupe et de Martinique.

Et chaque ennemi la mort (50 min., 2temps3mouvements, 2023), en cours de mixage et soutenue par le Fonds d’Aide à la Création Radiophonique FWB et l’acsr, aborde pour sa part le milieu de la chasse. Partant d’une situation réel et située — une épidémie touchant les sangliers sauvages wallons et la menace que ces derniers ne traversent la frontière française —, cette pièce radiophonique évolue progressivement par décrochages narratifs et sonores vers une situation spéculative, mentale et onirique. Jusqu’à poser la question du retournement de la place du chasseur et du chassé.

Il initie une collaboration en janvier 2022 avec la plateforme artistique transnationale On- Trade-Off, pour laquelle il conçoit une installation sonore cinq canaux à l’occasion de l’exposition « Charging Myths » au musée Z33. We are a new sun (boucle de 30 min.), créée à partir d’un poème de l’artiste Pélagie Gbaguidi, aborde la toxicité et la colonialité du pillage des corps-énergies.

Souhaitant s’orienter vers des formes de création plus performatives, il invite la poétesse et slameuse Joëlle Sambi autour d’une performance sonore immersive en quadriphonie sur l’extraction minière en RDC. Ce projet, intitulé Matter (dark, blue, white) et soutenu par la bourse Écolo, sera présenté en mars 2023 à La Vallée.

Némo Camus poursuit cette transition performative avec Dona Lourdès (Atelier 210, 2024), pièce chorégraphique autour de l’histoire raciale de sa grand-mère brésilienne. Il collabore cette fois-ci avec le performeur Robson Ledesma.

Il anime par ailleurs des ateliers d’initiation à la création radiophonique en maisons de jeune et à l’AKDT, et participe à l’École Expérimentale mise en place par Léa Drouet, Camille Louis et l’Atelier 210. Il est membre de la revue Jef Klak. Revue de critique sociale et d’expérience littéraire, au sein de laquelle il travaille les liens entre texte et politique.

2021

  • Son – Documentaire sonore

2020

  • Son – Documentaire sonore