François

Publié le  29.06.2013

Je déteste les gens qui parlent trop, ceux qui ne parlent pas, n'osent pas donner leur avis, ceux qui disent qui font et qui ne font pas, ceux qui répètent la même chose que vous, ceux qui font comme X et qui disent qu'ils sont créatifs, ceux qui disent toujours oui oui, mmm mmm mais encore ? Les gens qui font semblant de vous écouter, qui reprennent votre discours pour parler d'eux-mêmes, ceux qui attisent les rumeurs, ceux qui vous répondent que c'est la loi, c'est comme ça ou c'est la vie. Les discours faussement engagés, les critiques qui font juste mal, les étiquettes impossible à décoller, les gens qui parlent fort pour qu'on les entende bien, les gens qui ne sont jamais grossiers, les gens qui aiment parler du malheur de leur voisin, ceux qui savent pertinemment que ce qu'ils disent est faux, ceux qui se taisent quand la locataire du dessous se fait taper dessus.

Et au milieu du bruit sourd ou du silence qui tue, il y a un corps qui flotte sur le canal.

Il n'y a plus rien à dire.

Les mots sont vidés, incohérents, touchants, incomplets.
Chacun fait comme il peut.
Certains parlent trop, certains se taisent, certains ont peut-être crié ou même hurlé.
D'autres se racontent déjà les souvenirs partagés, on retrace les derniers moments juste avant que tu ne disparaisses.

Prononcés ou tus, peu importe. Chacun fait avec ce qu'il est capable de supporter.

Je ne peux plus écrire ce billet sans penser que tu n'auras plus le droit de dire tes mots, ceux d'un auteur qui imagine des personnages qui parlent trop ou qui ne disent presque rien.

Je ne t'ai pas revu, plus parlé.
Le temps est passé.
C'est trop tard.
Aucune main tendue au-dessus du canal ce soir-là.

Depuis il y a des questions sans réponse, des exclamatives d'horreur et maintenant un point final.

Silence.

Ou un peu de musique s'il devient pesant.

Elle parlerait mieux que nous, dirait ce qu'on n'arrive pas à exprimer.
Les notes raconteraient l'histoire particulière de chaque rencontre.
On pourrait comprendre que peu importe ce que tu aimes, ce que tu veux, c'est possible aujourd'hui pour toi. Si tu aimes le soleil, transforme-toi en soleil, si tu aimes la tempête ou l'ouragan, tu peux aussi. Peu importe qui tu es, qui tu étais c'est bien. Tout est ok. Tout est possible, pour nous, tu es ok. Il y a une sirène quelque part dans l'eau si tu veux, elle t'emmène.

À découvrir aussi

Respect

  • Fiction
Le théâtre est un art, souvent raté, de justesse ou pas.

Muses de Bela - Aliénor Debrocq

  • Fiction
Au départ, il y a l’envie de provoquer la rencontre. De voir comment les pratiques se répondent, ricochent, ou pas, font des grands écarts. Pendant l'édition 2015 de la Foire du Livre, nous invitions ...

Eloge de la feuille et du feutre

  • Fiction
C'est l'histoire d'un enfant. Mon prochain livre. Alors je veux un cahier ligné légèrement où je peux dépasser exprès, dessiner un bonhomme entre deux paragraphes, égratigner les bouts de phrases litt...