Hors du monde #2

Publié le  17.10.2011

Au Nord de l'Italie, des contreforts des Alpes à la plaine où le Po déroule ses méandres majestueux, il y a toujours l'un ou l'autre responsable des Ligues Lombardes ou Vénètes qui ne manque d'affirmer - au sujet des réfugiés qui traversent la Méditerranée pour poser les pieds en Europe - qu'on ferait mieux de repousser les envahisseurs avant qu'ils n'entrent dans les eaux territoriales ou même qu'on les bombarde avant qu'ils n'atteignent les côtes italiennes… Vous avez bien lu le mot : bombarder.

Souvent, dans les meetings de cette « Lega Nord » des centaines de citoyens portant des chemises vertes - la couleur du parti - grimacent, les traits déformés par la colère, réclamant à grands cris la sécession et l'indépendance de la Padanie. Ils détestent le midi, ce sud mafieux, peuplé de paresseux et cette Rome voleuse responsable de tous leurs maux. Et l'on sent qu'ils sont vraiment fâchés, très fâchés, et que pour un mot mal dit, ils en viendraient aux mains. Chaque fois, cette vision m'attriste et je soupire en les plaignant pour leur ignorance ; sans doute, leur faut-il parfois tenter de remplir ce vide par des cris. Il n'y a donc pas que les « Tunisini », qui débarquent poches vides et cœur rempli du rêve d'une autre vie, qui sont victimes de haine et de racisme, mais les Italiens eux-mêmes pour peu qu'ils vivent au-dessous de 42° de latitude Nord.
Mais l'Italie, me direz-vous, est un pays exubérant, tout y est exacerbé, cet excès est inscrit dans les mentalités. C'est vrai, sans doute. On peut voir des députés s'empoigner à la chambre, des hommes politiques promettre un monde meilleur et filer avec la caisse, découvrir un premier ministre partouzeur, des femmes fortement dévêtues jusque dans les émissions consacrées au football, les associations estudiantines de gauche et celles d'extrême droite s'affronter battes de base-ball à la main, le marchand de journaux du coin vendre des bustes de Mussolini…
Pays où les sentiments sont emprunts de démesure, d'accord, mais ce triste repli sur soi qui ressurgit lorsque les temps sont plus difficiles, ne conduit nulle part, que ce soit ici, dans notre vieille Europe ou ailleurs. La haine est un poison sournois, qui ronge les meilleurs d'entre nous lorsqu'ils sont contaminés. Il ne faut jamais oublier que chasser l'autre, c'est d'une certaine façon, s'amputer de soi-même.

À découvrir aussi

Le burnout de Madame B.

  • Fiction
En date du dimanche 29 août 2010, l'Hôpital Universitaire Esculape, HUE, a publié son quatrième communiqué bimestriel de l'année relatif à l'état de santé de Madame B.¹, comme le prescrit la loi du 1e...
  • Écrit

Allégorie d’un vendredi du monde d’après : BD d'anticipation de Morgane Somville

  • Fiction
À quoi devraient idéalement ressembler les mois à venir ? Pour la bédéaste Morgane Somville, retrouver l’effervescence des soirées entre copines de la "vie d'avant" serait un must, mais pas sans en tirer quelques enseignements.

Europe, tu ne peux te contenter d'être mémoire

  • Fiction
Faute de se faire, l'Europe - mieux vaudrait parler des Europes, de les construire, et de les rendre réellement solidaires - ne cesse d'engendrer, dans chacun des pays censés la composer, une nuée de ...

Muses de Bela - Luc Dellisse

  • Fiction
Au départ, il y a l’envie de provoquer la rencontre. De voir comment les pratiques se répondent, ricochent, ou pas, font des grands écarts. Pendant l'édition 2015 de la Foire du Livre, nous invitions ...