Le ciel est brulant à HK, nous en sommes certains - Focus Hong Kong

Publié le  24.06.2015

 

Dans le cadre du Focus consacré à la scène belge au Hong Kong Arts Centre (en collaboration avec Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse), Sylvia Botella nous envoie des billets-haïkus en direct (ou presque) de là-bas! Du 20 au 28 juin, Hong Kong accueille: Julien Maire (Video Installation), Thierry De MeyLouise Vanneste (Contemporary Dance Video, Experimental Cinema), Thierry SmitsSimon Siegmann(Choreography & Scenography Masterclass), Wooshing Machine (Contemporary Dance showcase: double bill with local choreographer series from Masterclass).

 

Le ciel est brûlant à HK, nous en sommes certains

 

#HONGKONGARTSCENTERFOCUSFROMTHEUNITEDKINGDOMOFBELGIUM

 

Le vent souffle et les images reviennent. Le ciel est brûlant à HK, nous en sommes certains. Focus Wallonie-Bruxelles à en perdre haleine, c’est au Hong Kong Arts Center.

Day#2 : « Start simple », writes  Janya Davis in How to be alone & le chorégraphe Thierry Smits aussi, à la danseuse Blue Ka Wing. Dans le studio jaune et gris/workshop, au deuxième sous-sol, elle veut embrasser la liberté sur la bo/Rainbow du musicien live Edmund Leung. Maybe it’s a love song. Nous nous posons la question. De quel geste s’agit-il ? L’inconscient peut être à ciel ouvert. Lorsque Thierry Smits sous l’œil attentif de l’artiste plasticien Simon Siegmann (re)donne vie à Blue (tendue, presque rigide et légers décrochages), il faut imaginer la scène : après la peur, la détresse ressentie vient le geste ascendant, l’affirmation de soi. Parfois, il faut puiser dans la mystérieuse douceur pour préserver le récit. Le visage de Blue Ka Wing après, on ne peut qu’y penser. Tick of the Clock, les images permutent. Le danseur Mao Wei rend chaque geste à sa plus grande intensité, pourtant Thierry Smits ne cesse de couper, cette manière têtue, entre ascèse et obstination de la forme, le ballon noir ne demande qu’à s’envoler, presque apaisé, libre de la vie. À l’avant et au fond du champ, se détache le mystère de la présence de Mao Wei. #02 :11, cette nuit, les images tournoient et prennent leur temps. Elles me tirent de mon sommeil. If i only could, i’d be running that Peak.

 

À découvrir aussi

Dernier billet

  • Fiction
Un dernier billet avant de se quitter. Flou sans doute. Oui, déjà l'image se floute, zoom arrière, je repars à mes eaux vives ou marécageuse, je pars la première. Je suis en train de partir. En généra...

L'été (comme on a dit)

  • Fiction
parfois, il ne se passe rien.

Un séjour à Anvers #5 : Vrijdagmarkt

  • Fiction
A la terrasse du café « In de roscam » sur le Vrijdagmarkt. Dave Sinardet je vois souvent sa photo et je lis ses analyses politiques dans les journaux on dirait un étudiant élégant avec son teint juvé...

Ecrire avec les pieds

  • Fiction
Il n'est pas rare que l'on nous demande, à nous les écrivains, quel est notre outil de travail. Ce n'est pas que le public veuille savoir quels mots nous aimons, ou quel dictionnaire nous utilisons, n...