Petite humeurE

Publié le  09.11.2013

Je n'aime pas Strindberg, je n'aime pas Bernhard. Que de fois leur théâtre m'a ennuyée d'ennui. Que de fois n'ai-je subi leurs abois, leur haine de la vie.

Je me suis acharnée, j'ai sincèrement essayé. Auteurs, géants… On ne touche pas aux génies. Surtout quand on est qui ?

Auteure parmi les auteurs, on ne critique pas ses pairs. C'est pire quand on est mère. La pieuvre, son sexe, le piège qui casse le mythe.

De ces auteurs, j'ai subi. Leur misogynie, leur mépris. Que de temps enduré… Frappez, frappez. Je ne parviens qu'à peine à mettre le doigt dessus.

Et Beckett, et Houellebecq. Même Jelinek. Ça pense humanité mais ça ne parle que de soi. Sublimes auteurs autarciques, projetés dans une société sans cycles.

Utopique. Nihiliste.

Se complaire dans l'échec du monde, jouir de sa chute. Fantasme de fin, appel à la fin.

Chérir la mort, écrire du vent. Se délier de la vie et surtout des enfants.

Gniards, geignards qui obstruent la pensée, brisent la grâce et troublent l'intelligence.

Être parmi les êtres, on va encore me dire que je n'ai rien compris. Que j'exagère. Que je devrais relire. Dégager, jouer ailleurs.

Allez ma fille, brave, va.  Je relis : Culture d'élite, dominante et machiste.

Ahhh! Ce mot là, je vais le payer… cher.

Très cher !

Chers,

Chers tous,

Ma contribution d'aujourd'hui s'arrête ici. Je n'aime toujours pas Strindberg, je n'aime toujours pas Bernhard mais ça ne me dérangerait pas qu'on nettoie un peu la place. Parce qu'en attendant, il n'y a pas que moi qui subit !

À découvrir aussi

abney

  • Fiction
… et le calme absolu de abney park.

Ce que vous avez semé est tombé dans l'oreille de Myriam Saduis - Le billet du comité

  • Fiction
Myriam Saduis est metteuse en scène et autrice. Membre du comité belge de la SACD, elle fait partie de la délégation à> Avignon et ramène une dernière impression du Festival, en forme d’échantillon...

FDC ? (Fallait-il démontrer cela ?) - "Un nid pour quoi faire?"

  • Fiction
Quand, vide, mou, désabusé, au bout du bout du bout de la fuite du social, quand on a quitté la ville, pris de la hauteur (au sens propre), quand on ressent l'appel de la nature comme un besoin régre...

Muses de Bela - Ludovic Flamant

  • Fiction
Au départ, il y a l’envie de provoquer la rencontre. De voir comment les pratiques se répondent, ricochent, ou pas, font des grands écarts. Pendant l'édition 2015 de la Foire du Livre, nous invitions ...