Bocage 1

Publié le  21.04.2011

Ou comment un écrivain promu à un brillant avenir scia la branche sur laquelle il était assis.

 

Le dernier date d'avant sa naissance. Elle a huit ans et demi et elle tient beaucoup à ces six mois. Lui pas. Il y développait la question du voile bien avant qu'il ne devienne « Centre public des préoccupations et des peurs ». Un artiste pressent l'avenir, c'est vrai, mais si l'œuvre arrive trop tôt, incomprise, elle tombe dans l'oubli. De toute façon, le voile, dans cet « opus », était un prétexte pour parler de son quartier, bien avant qu'il ne devienne « Centre des préoccupations et des peurs ». Un artiste pressent l'avenir, mais si l'œuvre arrive trop tôt, c'est trop tard. Pourtant, les statistiques sont là et bien là… UN BELGE SUR CINQ SERA D'ORIGINE MAGHREBINE ! Autant dire qu'il sera Maghrébin avant d'être Belge. On ne tombe pas si vite dans l'oubli du côté du soleil couchant. Il l'a lu-relu, entendu-réentendu. Pas de source. Il y croit, le sent et le vit. Et d'ailleurs, dans son quartier, on se prépare à inaugurer une mosquée pour 8 000 fidèles. Huit mille croyants en djellaba, foulard et niqab qui envahiront ses rues, le jour de l'Aïd... Source : bouche à oreilles, tam-tam. Autant dire que la centrale du Centre des préoccupations et des peurs, le CPDP, explose. Les standardistes sont débordés. On embauche *.

On a toujours tord d'avoir raison trop tôt. Après ce travail mort-né, cependant traduit en Allemand. Pourquoi l'Allemand ?

Parce que ses grands-parents, quelques décennies plus tôt, sous une douche… ? Pour un artiste, y a pas de hasard, certes, mais là, il se dit qu'il a poussé le bouchon un peu loin. Et que cette traduction est le fruit de rencontres et de sympathies. D'opportunités politiques. Quoi qu'il en soit, depuis, plus rien : le blocage ! Ce qui bloque quand il bloque ? Il pense que c'est la peur. Et dès qu'il se prend à vouloir la regarder en face, il s'endort profondément et rêve. Le dernier l'a vu dépossédé de son bien le plus précieux quand on veut écrire : son ordinateur et son disque de sauvegarde externe. En se réveillant la tête, sur le clavier, il s'est apaisé. Ce n'était qu'un mauvais rêve, il pouvait se remettre à écrire. Il a rallumé l'ordinateur et a commencé par la lecture de ses mails. Avant d'avoir quitté son emploi (rémunéré) pour se consacrer à l'écriture (non rémunérée), il en recevait des centaines. Le temps de les lire et d'y répondre, la journée y passait.

Aujourd'hui sa boîte est vide… Et il bloque. Histoire de ne pas perdre la main, il a trié sa semence, comme on trie les déchets, et donné vie à la plus jolie des petites filles. Elle a huit ans et demi et elle tient beaucoup à ces six mois. Lui pas. Depuis sa paternité donc, plus d'enfantement littéraire, c'est dramatique. Ni dramatique, ni littéraire. Rien. Il bloque.

♬♬♬ Dans un blocage rempli de nuages… ♬♬♬

 

*Plus d'infos sur www.centredepréoccupationsetdepeurs.com. Tél : +32 2 247 28 54, le matin uniquement. Fermé le lundi.

À découvrir aussi

La soirée des Ladies

  • Fiction
Mille cinq cents femmes rassemblées dans un même lieu. Vous vous rendez compte ?  Mille cinq cents femmes emmurées dans une sorte de joie frénétique, celle de partager ce moment-là. Non, vous ne pouve...

Le lancement d'un livre... Stratégie ou roulette russe ?

  • Fiction
Rassurons-nous d'emblée : un auteur n'est pas l'unique responsable du succès ou du plantage de son œuvre. Il doit compter avec une multitude d'éléments extérieurs sur lesquels il n'a aucune prise. Et ...

C'est du chinois pas du hongrois

  • Fiction
Se faire son Kunst à la carte n’est pas donné, dans tous les sens du terme. « Chaque année, écrit la journaliste Catherine Makereel, le programme du festival ressemble à un concours de titres indéchif...