Retour de Brest: l'écho du Comité avec Paola Stévenne

Publié le  09.02.2018

Si vous voulez rencontrer Sylvain Gire (Arte Radio), Irène Omelianenko (ACR. France Culture), Perrine Kevran (LSD. France Culture), Daniel Mermet (Là-bas si j’y suis), les producteurs des radios associatives françaises, ou tout autre star des ondes françaises (voir billet d’Isabelle Rey) … foncez à Longueur d’ondes, festival de l’écoute et de la radio. Il y a foule.

Mais Longueur d’ondes n’est pas qu’un lieu de réseautage.
La surprise, l’inattendu d’un son, la poésie vous attendent au détour d’un escalier, dans un recoin. Elle n’est pas cachée. Simplement, peut-être, moins mise en lumière.
Ainsi, deux heures par jour, vous pouviez découvrir « Ardesia » de Chloé Despax. Vibration d’une pierre.

Lors d’une résidence organisée par la Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de Méditerranée, Chloé Despax passe dix jours à Sestri Levante dans la région de Liguri, au Sud de Gênes.
La pierre, l’ardoise dominent le paysage. On parle là-bas d’un « genius loci », un esprit du lieu.
Pour traduire cette atmosphère, guidée par les habitants, Chloé enregistre différents paysages sonores en lien avec l’ardoise. Ainsi, par exemple, dans la maison de pêcheurs du village, des vieux qui jouent à la Boccette, une sorte de billard sur une plaque d’ardoise de 2,84m x 1,42m. Elle fait toucher l’ardoise à onze personnes, les yeux bandés. Ces onze voix issues du bassin méditerranéen disent, chantent, racontent ce que l’ardoise évoque pour eux. La pierre porte leurs paysages en arabe, turc, slovène, italien, espagnol, …

Avec Gabriel Lecup, un développeur, Chloé Despax imagine un système qui nous permette d’inter-agir avec l’ardoise.
Sur une table noire, la pierre, légèrement éclairée.
Au-dessus d’elle, une petite caméra connectée à un Raspberry (mini-ordinateur) sur lequel un programme permet l’interaction entre les sons de Sestri Levante et nous.

La main ou les mains, en se promenant sur la pierre, éveillent les sons. À l’extrême gauche, de vieux pêcheurs. Là, un enfant. Ici, une langue puis, une autre. Petit à petit, les ondes composent une atmosphère, un paysage unique pour chacun.e de nous. Un paysage façonné par le geste et l’écoute où se mêlent l’ancien et le nouveau.

Chloé Despax est la lauréate 2017 du prix Phonurgia Nova. Au printemps, elle sera deux semaines en résidence au GRM pour réaliser une version radiophonique d’Ardesia qui sera ensuite diffusée par Radio Papesse (Florence) sur le réseau.

Chloé Despax tient à remercier: Giuditta Welli, curatrice du projet, Carola Haupt de Radio Papesse ainsi que Gabriel Lecup, le développeur.

 

À découvrir aussi

Je n'aime pas les listes

  • Fiction
Nous avons passé commande d'une liste à Khristine Gillard, comme à d'autres cinéastes à l'occasion des 50 ans de soutien public au cinéma belge. Cette liste devait reprendre 5 "coups de coeur" ou film...

Bientôt tous producteurs ? - Le billet du comité

  • Fiction
INÈS RABADÁN EST RÉALISATRICE ET SCÉNARISTE. PRÉSIDENTE DU COMITÉ BELGE DE LA SACD, ELLE FAISAIT PARTIE DE LA DÉLÉGATION BELGE AU FESTIVAL DE LA ROCHELLE. BIENTÔT TOUS PRODUCTEURS ? Une rencontre prop...

Dédicacer, c'est un métier

  • Fiction
Dédicacer, c’est un métier.   Cher lecteur de mes bandes dessinées, j’ai envie de te connaître mieux. Ton avis m’intéresse, ce que tu as aimé, ce que tu n’as pas compris, ce que tu crois imaginer de l...

Sans paroles

  • Fiction
Les femmes se taisent, les hommes parlent. Le duel qui s'est engagé ce soir est oral. Les dents, fausses avec le temps, ne se montrent qu'au détour d'un sourire de circonstance. La respiration des f...