« Une Chambre à soi » sous le soleil – Le billet du comité

Publié le  18.07.2016

Illustration: couverture de l’édition originale d’ "Une chambre à soi" de Virginia Woolf

Myriam Saduis est metteuse en scène et autrice. Membre du comité belge de la SACD, elle fait partie de la délégation à Avignon et en ramène un billet inspiré de la rencontre autour du numéro 129 d’Alternatives théâtrales, organisée dans le cadre des Ateliers de la Pensée le 11 juillet à Avignon.

 

« Une chambre à soi » sous le soleil…

Créer au féminin – Scènes de femmes est le titre du numéro 129 d’Alternatives Théâtrales[1].
Scènes de femmes… Femmes de scènes… « Autre scène ». Ce furent donc des Chevalières  - on dit Chevalières ?- de la table ronde du 11 Juillet aux « Ateliers de la pensée » du Festival d’Avignon. Co-directrice d’Alternatives théâtrales, Sylvie Martin-Lahmani a présenté ce numéro (magnifique) en compagnie d’Anne-Cécile Vandalem –  venue présenter au Festival son très beau Tristesses plein de mélancolie et de vitalité mêlées, mais aussi de Maëlle Poésy, Cornelia Rainer, metteuses en scènes – on dit metteures ou metteuses ? – présentes cette année au festival.

Le numéro est passionnant et témoigne de la puissance créatrice des nombreuses femmes de théâtre contemporaines… « Une chambre à soi » s’ouvrant au soleil apparaissait ce jour-là. Virginia Woolf  - dont une très belle citation ouvre ce numéro – aurait très probablement aimé toutes « ces petites sœurs » devisant gaiement et sérieusement à l’ombre du Jardin Pasteur…

« Car voici ma conviction, si nous vivons encore un siècle environ – je parle ici de la vie qui est réelle et non pas de ces petites vies séparées que nous vivons en tant qu’individus – et que nous ayons toutes cinq cent livres de rente et des chambres qui soient à nous seules, si nous acquérons l’habitude de la liberté et le courage d’écrire exactement ce que nous pensons (…) Alors l’occasion se présentera pour la poétesse morte qui était la sœur de Shakespeare de prendre cette forme humaine à laquelle il lui a fallu si souvent renoncer… »
Virginia Woolf – 1929[2]
Je vous recommande la lecture de ce(s) bel(s) ouvrage(s), au soleil, en pleine lumière.

Les intrépides

Autre chambre à soi publique : Les 16 et 19 Juillet, Les intrépides, manifestation organisée par la SACD France :  femmes actrices, autrices – on dit autrices ? Oui, on dit autrices[3] – présentent des extraits de leur travail dans ce programme  – au si beau titre –  dont c’est la seconde édition cette année… On rit beaucoup,  on est ému, interpellé par toutes ces paroles qui volent, chuchotent et claquent. C’est encore le 19 Juillet au Conservatoire du grand Avignon[4].

M. S.

 

[1] Alternatives Théâtrales, direction Sylvie Martin-Lahmani, Antoine Laubin et Laurence Van Goethem. Voir aussi, outre le numéro papier, le blog d’Alternatives – http://www.alternativestheatrales.be/catalogue/revue/129

 

[2] Virginia Woolf, Une chambre à soi. Ed 10-18 (P.170-171)

[3] Autrice, mot  existant au XVème siècle, a disparu…  Sont restés les mots de spectatrice, actrice…
Créatrice, on n’a jamais tout à fait osé le faire disparaitre. On redira donc ce mot d’autrice… « oublié ».

[4] Avec Claire Borotra, Noëlle Châtelet, Isa Fleur, Sedef Ecer, Laura Herts, Adeline Rosenstein, Maité Siwéné, Julie Villers et Coraly Zahonero de La Comédie Française.  Orchestré par Johanna Boyé et Victoire Berger Perrin.

À découvrir aussi

Broyage en Italie

  • Fiction
Le 13 novembre dernier, Silvio Berlusconi démissionnait de son poste de président du Conseil suite à la perte de confiance exprimée par une partie de sa majorité lors d'un vote à la Chambre. Quelques ...

Une ardeur, où ça ?

  • Fiction
La province du Luxembourg est une vaste région, faite de bosses, de fosses, de rivières et de quelques habitations isolées. Un bel autoroute vous y emmène pour les week end ensoleillés ou pour franchi...

Les mots touchent l'infini

  • Fiction
Les mots sont des balais magiques sur lesquels m'envoler. Au service d'histoires inouïes, roulés dans des récits qui rejouent le monde, ils ondulent animaux sauvages, me sautent à la gorge. Donnant le...

Deleuze aujourd'hui

  • Fiction
Comment appréhender la rencontre entre notre présent et le devenir dans lequel l'oeuvre de Deleuze se poursuit ? Sur quels plans l'un et l'autre entrent-ils en consonance ? Pris entre héritage inventi...