Vincent Sarti

  • Écrit / Spectacle vivant

Biographie

Originaire de Verviers, né en 1950, j’ai toujours été un passionné du cinéma (lorsque j’étais âgé de huit ans, ma mère me faisait des mots d’excuses pour l’accompagner au cinéma).

Je m’identifiais à mes héros du grand écran : John Wayne, Dean Martin, Jerry Lewis, etc…).

Ensuite, j’ai grandi.

Le monde des adultes m’a semblé bien sérieux ou, pour le moins, peu enclin à laisser une place au rêve.

Un besoin d’imaginaire m’habitait et me permettait de compenser l’énergie demandée pour faire face à mes obligations d’homme responsable (quelle expression rigide! ). C’est mon côté Jekyll and Hyde.

Père de trois enfants, je leur racontais, avec beaucoup de conviction, que Peter Pan et le pays imaginaire étaient bel et bien une réalité.

Durant des années, j’avais noté sur des post-it les idées qui me venaient à l’esprit (bien souvent inspirées par les navetteurs que j’observais dans le métro et auxquels j’attribuais des tranches de vie sorties de mon imagination).

 Je suis alors, peu à peu, passé de l’état de simple rêveur à celui de rêveur qui prend sa plume.

-En 2002, j’ai rassemblé tous ces post-it et, les ayant relus, j’ai décidé d’écrire un roman qui a été édité en 2005 : « Version originale pour un doubleur ». Ce roman, publié sous le pseudonyme de Vincent Sarti, raconte la vie d’un doubleur de films. J’ai choisi de rendre ainsi hommage aux héros des cinémas de mon enfance dans lesquels tous les films passaient en version française.

-En 2007, j’ai écrit un deuxième roman « L’ange libertin » publié chez le même éditeur et toujours sous le pseudonyme de Vincent Sarti.

Il raconte les errances terrestres d’un libertin qui ne peut accéder à l’au-delà avant d’avoir rempli une mission : devenir l’ange gardien qui devra donner de l’assurance et de la répartie à un timoré dont la vie est un hymne à l’ennui.

-En 2010, j’ai écrit une pièce de théâtre « Quatre roseaux en automne » qui sera jouée en 2012. Cette pièce a été écrite sous mon nom : Albert Lonhienne.

Le thème est celui de l’amitié de quatre quinquagénaires qui, au cours d’une soirée, vont faire ressurgir les non-dits, les confidences, les vérités qui éclatent tour à tour avec humour ou avec fracas. L’amitié ne serait-elle qu’une vieille habitude ?  Résistera-t-elle à l’assaut des mots ?

- En 2018, j’ai publié un recueil de nouvelles sous le pseudonyme de Vincent Sarti « La Chute d’Icare et autres nouvelles ». Ce recueil est  suivi d’une pièce de théâtre « Dîner aux piments » et est préfacé par Hugues Dayez.

"Ni prince, ni charmant" est le titre de la dernière pièce que j'ai écrite et qui n'a pas encore été jouée.

2018

  • Écrit – Littérature générale
  • Écrit – Théâtre

2012

2007

  • Écrit – Littérature générale

2005

  • Écrit – Littérature générale

Prix

2014

La chute d'Icare

La nouvelle "La chute d'Icare" a remporté le premier prix au concours d'écriture organisé en septembre 2014 par les Bibliothèques publiques de Woluwé-Saint- Lambert (Bibliothéque Saint Henri, Bibliothèque du Temps Libre, Bibliothèque de la Sainte Famille et Bibliothèque Saint Lambert).