Ca commence mal... (Papperlapapp)

Publié le  08.07.2010

Il y a des publics indifférents et il y a des publics bienveillants .

Il y a des publics enthousiastes et il y a des publics odieux.

Le public dont je faisais partie hier soir dans la Cour d'honneur du Palais des Papes a battu tous les records dans cette dernière catégorie.

Face au « Papperlapapp » de Christoph Marthaler et Anna Viebrok, objet scénique, sonore et pictural exploitant au maximum la géographie et l'histoire du lieu mythique, le public avignonnais s'est montré d'une grossièreté, d'un manque d'intérêt et d'un manque de curiosité qui confinent à la stupidité. Durant les 2h30 de spectacle, commentaires désobligeants prononcés à voix haute, semelles qui claquent et blagues minables ont fusé sans discontinuer, coupant de la représentation les spectateurs désireux d'y assister avec attention. Honte d'être assis dans ces rangées. Honte d'être assimilé à cette paresse intellectuelle inouïe.

Je suis incapable de parler du travail de Christoph Marthaler : je n'ai pas eu accès à sa proposition.

À découvrir aussi

Mère porteuse (comment en parler)

  • Fiction
1. Préférer l'expression « gestation pour autrui » (ou G.P.A.) qui laisse supposer une réflexion sur le sujet. 2. Faire la différence entre la forme « traditionnelle » (quand la mè...

L’art, c’est le vol

  • Fiction
Quand on parle « d’inspiration », on peut imaginer une sorte de souffle divin émanant tout droit de la voie lactée qui vient vous visiter dans votre sommeil et vous anime dès le réveil d’une...

MUSES à Anima 2014

  • Fiction
Bela vous a invités à devenir MUSES au festival ANIMA de 2014 pour y inspirer trois jeunes auteurs…! Voici la création de Bruno TONDEUR :   Michèle m’a raconté une histoire. Une histoire de chats...