Ce qui reste des arbres

Publié le  18.04.2011

"Chacun peut voir à partir d'un seul qui a vu."
Leopardi

 

Il a banni le vert de sa peinture. S'est libéré de la contrainte de voir pour produire des images. Pourtant, avant d'atteindre à plus de quarante ans les formes géométriques composées de couleurs primaires qui allaient devenir sa marque de fabrique, Mondrian a peint des arbres. Des arbres qui seraient la première entaille dans le rapport au paysage, c'est-à-dire à l'extériorité du monde. Première ligne de découpage du réel qui en se développant recouvrirait l'entièreté de l'espace, tisserait une toile effaçant l'arrière du décor avant de devenir envers du décor, nervures de la vision. Départ de l'abstraction. Avant tout, il faut se rappeler ceci : le paysage aplati devient forme autonome. Il n'y a pas de représentation qui vaille. Souvenir de pieux enfoncés dans la mer le long de la côte hollandaise. Rencontre de la verticalité et de l'horizontalité qui ouvrirait un monde parallèle. Cette poétique des angles, il la retrouverait, la finaliserait, dans les deux grandes villes (Paris, New York) dont il ferait le siège de sa modernité. Nature morte, écrasée sous l'architecture et le jazz. Musique pour les yeux. Déambulation carrée, vagabondage dans les aléas de l'harmonie. Faute de mieux, l'artiste se doit lui-même d'inventer la structure du réel. Dès lors, chaque toile pourrait être un fragment d'un ensemble inconnu. Une œuvre monumentale subsisterait sous l'éclatement des jours. Ce qui reste des arbres : un support. L'œuvre s'effaçant dans l'œuvre.

À découvrir aussi

Le plus beau métier du monde

  • Fiction
Être scénariste est un rêve.   Écrire, c’est la liberté absolue. On s’invente un monde nouveau à chaque fois. On a mille vies. Moi, je suis à la fois une super flic qui vient à bout de la mafia luxemb...

Avignon, plus que jamais cité papale - Le billet du comité

  • Fiction
Miguel Decleire est auteur, acteur et metteur en scène. Membre du comité belge de la SACD, il fait partie de la délégation à Avignon. Voici le billet qu’il nous livre en exclusivité pour Bela !   Avig...
  • Écrit
homme avec une casquette qui regarde au loin

Strip #3 : Filippo Fontana

  • Fiction
Pour Bela, le graphiste et illustrateur Filippo Fontana croque avec humour, dans un strip de 4 cases, la guerre en Ukraine et questionne notre dépendance au pétrole. 

Ecrire avec les pieds

  • Fiction
Il n'est pas rare que l'on nous demande, à nous les écrivains, quel est notre outil de travail. Ce n'est pas que le public veuille savoir quels mots nous aimons, ou quel dictionnaire nous utilisons, n...