Ce qui reste des arbres

Publié le  18.04.2011

"Chacun peut voir à partir d'un seul qui a vu."
Leopardi

 

Il a banni le vert de sa peinture. S'est libéré de la contrainte de voir pour produire des images. Pourtant, avant d'atteindre à plus de quarante ans les formes géométriques composées de couleurs primaires qui allaient devenir sa marque de fabrique, Mondrian a peint des arbres. Des arbres qui seraient la première entaille dans le rapport au paysage, c'est-à-dire à l'extériorité du monde. Première ligne de découpage du réel qui en se développant recouvrirait l'entièreté de l'espace, tisserait une toile effaçant l'arrière du décor avant de devenir envers du décor, nervures de la vision. Départ de l'abstraction. Avant tout, il faut se rappeler ceci : le paysage aplati devient forme autonome. Il n'y a pas de représentation qui vaille. Souvenir de pieux enfoncés dans la mer le long de la côte hollandaise. Rencontre de la verticalité et de l'horizontalité qui ouvrirait un monde parallèle. Cette poétique des angles, il la retrouverait, la finaliserait, dans les deux grandes villes (Paris, New York) dont il ferait le siège de sa modernité. Nature morte, écrasée sous l'architecture et le jazz. Musique pour les yeux. Déambulation carrée, vagabondage dans les aléas de l'harmonie. Faute de mieux, l'artiste se doit lui-même d'inventer la structure du réel. Dès lors, chaque toile pourrait être un fragment d'un ensemble inconnu. Une œuvre monumentale subsisterait sous l'éclatement des jours. Ce qui reste des arbres : un support. L'œuvre s'effaçant dans l'œuvre.

À découvrir aussi

Qu'est-ce que vous faites comme métier, mademoiselle ?

  • Fiction
J'ai lu récemment sur Facebook, une réflexion postée sur un mur :

Deleuze aujourd'hui

  • Fiction
Comment appréhender la rencontre entre notre présent et le devenir dans lequel l'oeuvre de Deleuze se poursuit ? Sur quels plans l'un et l'autre entrent-ils en consonance ? Pris entre héritage inventi...

MUSES à Anima 2014

  • Fiction
Bela vous a invités à devenir MUSES au festival ANIMA de 2014 pour y inspirer trois jeunes auteurs…! Voici la création de Bruno TONDEUR :   Michèle m’a raconté une histoire. Une histoire de chats. Une...

Résidence, vous avez dit résidence?

  • Fiction
Lorsqu'un auteur parle autour de lui d'aller en résidence d'écriture, la perplexité se lit généralement sur le visage des non initiés. Et pour cause.