Comparaison n'est pas raison

Publié le  18.05.2010

Dans Via Intolleranza II, l'opacité est un appel à l'attention, à la vigilance, à l'éveil (sollicitation).

 

Dans Deserve, la première place est laissée aux acteurs (plaisir).

 

Dans Via Intolleranza II, la profusion de signes est vertigineuse (références).

 

Dans Deserve, les acteurs sont magnifiques (surprise).

 

Dans Via Intolleranza II, la confusion se fait éthique, esthétique, politique (construction).

 

Dans Deserve, la violence du propos est contrebalancée par la ludicité du jeu (équilibre).

 

Dans Via Intolleranza II, la violence est omniprésente, on s'en prend plein la gueule (décharge).

 

Dans Deserve, les metteurs en scène semblent au service d'un objet hybride créé avec les acteurs (collaboration fructueuse).

 

Dans Via Intolleranza II, le metteur en scène est un démiurge, qui conçoit son objet dans les moindres détails (omnipotence brillante).

 

Dans Deserve, on pense à Ivo Van Hove (Marc-Antoine).

 

Dans Via Intolleranza II, on pense à Krzysztof Warlikowski (réponse à (A)pollonia) et à Jacques Delcuvellerie (« Maman ! », fin d'un homme et fin d'un temps).

 

Dans Deserve, il y a Jacques Lacan qui danse.

 

Dans Via Intolleranza II, il y a Christoph Schlingensief qui parle.

 

Dans Deserve, il y a les sœurs Papin qui tuent.

 

Dans Via Intolleranza II, il y a l'Afrique qui crève.

 

Deserve est mis en scène par des citoyens concernés, en questionnement.

 

Via Intolleranza II est mis en scène par un homme malade, torturé et furieux.

 

 

Deux excellents spectacles de plus au Kunstenfestivaldesarts...

 

Deserve, mise en scène de Jorge León et Simone Aughterlony.

 

Via Intolleranza II, mise en scène de Christoph Schlingensief.

À découvrir aussi

Je joue donc j’écris. J’écris donc je joue.

  • Fiction
Elle écrit depuis longtemps, très longtemps, pour se libérer, pour accoucher ses pensées, sensations, émotions, interrogations et y voir plus clair ? Sans doute. Ça l’a prise avant d’être actrice. Tri...
  • Écrit
femme blonde floue

Loheré : texte poético-théâtral d'Amandine Laval

  • Fiction
Pour la série érotique du Belazine estival, Amandine Laval propose un texte sensoriel parlant d'été pastoral, de la torpeur du temps qui passe, de l'amour que l'on sent très fort.
  • Audiovisuel
femme avec une barbe et des cheveux longs en robe à froufrou

Lyly baise le cis-tème : film de Lylybeth Merle

  • Fiction
Pour la série érotique du Belazine estival, Lylybeth Merle se met en scène dans un court-métrage charnel dans lequel elle se questionne, au contact de la forêt, sur sa transition de genre et les nouveaux repères à apprendre.

Deleuze aujourd'hui

  • Fiction
Comment appréhender la rencontre entre notre présent et le devenir dans lequel l'oeuvre de Deleuze se poursuit ? Sur quels plans l'un et l'autre entrent-ils en consonance ? Pris entre héritage inventi...