Comparaison n'est pas raison

Publié le  18.05.2010

Dans Via Intolleranza II, l'opacité est un appel à l'attention, à la vigilance, à l'éveil (sollicitation).

 

Dans Deserve, la première place est laissée aux acteurs (plaisir).

 

Dans Via Intolleranza II, la profusion de signes est vertigineuse (références).

 

Dans Deserve, les acteurs sont magnifiques (surprise).

 

Dans Via Intolleranza II, la confusion se fait éthique, esthétique, politique (construction).

 

Dans Deserve, la violence du propos est contrebalancée par la ludicité du jeu (équilibre).

 

Dans Via Intolleranza II, la violence est omniprésente, on s'en prend plein la gueule (décharge).

 

Dans Deserve, les metteurs en scène semblent au service d'un objet hybride créé avec les acteurs (collaboration fructueuse).

 

Dans Via Intolleranza II, le metteur en scène est un démiurge, qui conçoit son objet dans les moindres détails (omnipotence brillante).

 

Dans Deserve, on pense à Ivo Van Hove (Marc-Antoine).

 

Dans Via Intolleranza II, on pense à Krzysztof Warlikowski (réponse à (A)pollonia) et à Jacques Delcuvellerie (« Maman ! », fin d'un homme et fin d'un temps).

 

Dans Deserve, il y a Jacques Lacan qui danse.

 

Dans Via Intolleranza II, il y a Christoph Schlingensief qui parle.

 

Dans Deserve, il y a les sœurs Papin qui tuent.

 

Dans Via Intolleranza II, il y a l'Afrique qui crève.

 

Deserve est mis en scène par des citoyens concernés, en questionnement.

 

Via Intolleranza II est mis en scène par un homme malade, torturé et furieux.

 

 

Deux excellents spectacles de plus au Kunstenfestivaldesarts...

 

Deserve, mise en scène de Jorge León et Simone Aughterlony.

 

Via Intolleranza II, mise en scène de Christoph Schlingensief.

À découvrir aussi

  • Audiovisuel
salle de cinéma avec sièges rouges vides

Cannes 2022 : 3 cinéastes déclarent leur amour pour les salles de cinéma

  • Fiction
Laurent Micheli, Chloé Léonil et Lou du Pontavice répondent à la question "pourquoi la salle de cinéma"? L’objectif : célébrer le cinéma avec un grand C et sensibiliser le lectorat de Bela à la question de la désertion des salles de cinéma depuis janvier 2022.

Pardon

  • Fiction
Pour ceux qui ont encore soif si longtemps après la lie Pour ceux qui n'ont pas eu de soleil au premier cri Pour ceux qui n'arrivent jamais à comprendre grand'chose Pour ceux qui en ont ras-le-bol de ...

Au Travail !

  • Fiction
Parfois, on se dit que voler de sa plume, ce serait bien. Hé oui ! Ne devoir son salut, son pain, son toit qu' à la force de sa plume… Quelle belle indépendance ! C'est joli, c'est tentant. Rêvons un ...

Muses de Bela - Chloé Perarnau

  • Fiction
Au départ, il y a l’envie de provoquer la rencontre. De voir comment les pratiques se répondent, ricochent, ou pas, font des grands écarts. Pendant l'édition 2015 de la Foire du Livre, nous invitions ...