Humeur déclamatoire

Publié le  14.02.2011

La déclamation, c'est ce que fait Patti Smith quand elle sold out les BOZAR avec Rimbaud. Si elle avait grandi ici, elle aurait enfourché son vélo le mercredi pour foncer à l'académie, sué sur Burroughs et Blake, et pris son pied avec 'Le loup de le chien', la fable la plus rock de tous les temps. A LLN, avec Jean Mastin elle aurait groové les miaulements d'Albertine Sarrazin, dansé Savitzkaya. A Ixelles, avec Annette Brodkom, elle serait entrée dans les dédoublements de Pessoa, les images de Tagore ; classe 6, au Conservatoire, sous l'oeil acéré de Pascale Mathieu, elle aurait senti battre le sang de Michaux. Sous les néons de Saint-Josse, elle aurait gueulé 'Piss Factory' devant Mme Kufferath. Assise sur le lino pourri, elle aurait écouté la dame lui dire : 'débrouille-toi pour que le poème sonne ! Sois adéquation entre les mots, l'espace, et les yeux qui t'écoutent. Il ne faut pas savoir, trouve ! laisse-toi traverser'. Ils sont nombreux, les Besson, Kleinberg, Suzanne Philippe, à avoir nourri des générations d'affamés de mots. Partout en Belgique, dans des classes qui ne payent pas de mine, ils écoutent l'apprenti clameur trébucher sur les alexandrins d'Aragon ou décoller dans les songs de Brecht. Ouvert à tous. Presque gratuit.

 

En douce France, la « décla » est bannie depuis longtemps. Ici, elle se laisse taxer de ringard, se confond avec one-man show, élocution. Ok, les meilleurs fruits, en conserve, donnent le scorbut. Mais voilà un espace où, sans faire semblant d'être quoi que ce soit, on saisit des mots qui font trembler, où l'acte est de dire, faire entendre, pas de se montrer. Comme un performance-art où le texte peut s'enraciner, où ('Power to the people') se croisent la prof de français et le petit dur du coin, le boutonneux futur acteur et la blonde qui ne sait pas encore, le monsieur qui aime la Bashung et la grand-mère fan de Proust. Bon, je m'emballe un peu, mais si au lieu d'y penser comme un vestige académique, on voyait ça comme l'endroit où Patti prendrait racine si elle était de Molem...

À découvrir aussi

Une femme écrit à la machine - un billet de Justine Lequette

  • Fiction
« L’amour à la robote Un homme écrit à la machine une lettre d’amour et la machine répond à l’homme et à la main et à la place de la destinataire Elle est tellement perfectionnée la machine la machine...

Plan d'aplatissement

  • Fiction
                                                                     Le plan d'aplatissement des sans emplois   Vu que nous avons maintenant un peu plus de recul pour évaluer les actions mises en plac...

Mais quelle page blanche ?

  • Fiction
Il est courant d’associer le mythe de l’écrivain à la malédiction de la page blanche. En tant que scénariste, on me demande souvent d’où viennent mes idées et si je ne suis jamais en manque d’inspirat...

A serious man, film apocalyptique

  • Fiction
Qui dit apocalypse au cinéma dit gigantesques météores ("Armageddon"), tremblements de terre ("2012"), révolte de la nature ("Phénomènes"), réchauffement climatique ("Le Jour d'après"), dérive écologi...