Hummer

Publié le  26.10.2013

Écrire un billet d'humeur ne va m'être d'aucune difficulté: je viens d'en croiser un. Char ou tank, mastodonte aux vitres teintées, métal poli et mal dégrossi le gars qui en sortait. Empereur contemporain, technologiquement boosté. Légitimé dans son droit à faire chier.

Il occupe l'espace. Point.

Alors que je me dépêtre en circonvolutions, que j'hésite à poser un doigt sur le siège sur lequel je ferais mieux de m'asseoir, ma soudaine haine de ce mec apparu dans cette voiture ce matin m'interpelle. Oui, ça me révulse qu'il mette son fric dans son véhicule m'as-tu-vu plutôt que de payer des impôts. Oui ça me débecte que son huile de cheveux soit produite par les bras qu'il emploie… Je m'arrête là, le problème n'est pas là.

Le problème c'est qu'il titille en moi l'assurance que je n'ai pas. Je lui jalouse sa capacité à ne pas se poser de question, ou plutôt à montrer qu'il ne s'en pose pas.

Il est. Point.

Du moins, je présume qu'il est. Du coup, je me reproche mon délit de faciès. Car après tout, qu'en sais-je de ce qu'il est ? Peut-être est-il ce qu'on appelle une belle personne ou un gars sur qui on peut compter, ou encore un super collègue, voire ami, voire amant. Il ne peut pas n'être que ce que son blindé me suggère.

Et, face à lui, qui suis-je moi, la fille à qui la Société des auteurs et compositeurs dramatiques vient de commander l'écriture de cinq billets d'humeur ? Auteure, moi ? J'écris, parfois, si on me le demande ou que je m'y force, ce qui n'est pas la même chose. Mais ça m'étonne toujours, c'est rapport au métier.

C'est quand qu'on peut dire « bonjour, je suis auteur » ou « bonjour, je suis artiste » ou « bonjour, je suis créateur » ? Et puis c'est quoi ces mots qui éclatent ou vous placent en hauteur, mettant votre interlocuteur en position d'adorateur ? L'admirateur-interlocuteur est censé répondre par un « ah oui, oh ça c'est super » et jouer sagement son rôle.

Et si tel n'était pas le cas, vous le soupçonneriez d'être cet être richissime, ce mécène tant attendu comme le messie l'est pour tous ceux qui y croient. Car après tout, être cet auteur est une question de foi. Mais je m'égare.

Auteur, artiste, créateur… c'est avant tout se définir autre. N'être pas comme les Autres. Être autre que les Autres. Un peu comme ce mec en Hummer.

Alors, franchement, il n'y a pas de quoi se la péter.

À découvrir aussi

L’art, c’est le vol

  • Fiction
Quand on parle « d’inspiration », on peut imaginer une sorte de souffle divin émanant tout droit de la voie lactée qui vient vous visiter dans votre sommeil et vous anime dès le réveil d’une surprenan...

Vingt-et-unième (et dernière) représentation des « Langues paternelles » au Théâtre des Doms, ce matin à 11h00.

  • Fiction
Mille mercis émus et reconnaissants à tous ceux qui ont rendu ce mois de juillet 2010 si beau, si plein et si précieux,     à Hervé, à Vincent, à Renaud. à Christelle, à Gaspard.     à Philippe, à Is...

Une année de spectateur... (Bilan 2010)

  • Fiction
- La liste... (mes 10 meilleurs spectacles de 2010)     1. Ivanov Re/Mix - Roussel - Les Tanneurs   2. Via Intolleranza II - Schliengensief - Kunstenfestivaldesarts au KVS   3. Capital confiance - Tr...

Légèreté, tu es désir

  • Fiction
Venise.   Ce lieu (ce dieu ?) triplement retiré - la lagune, le quartier de résidence, la saison -, Philippe Sollers l'a choisi pour son dernier récit, "Trésor d'amour".   Venise, donc… Emblème du pla...