Le Pape, Zwarte Piet et le Roi

Publié le  07.01.2011

Ces derniers temps, j'ai appris à me méfier des vieux gentils, surtout ceux qui portent une longue robe. Ils écoutent vos confidences, secouent la tête avec compassion, vous comprennent et vous aiment… trop ! La presse, toujours vigilante, nous avertit heureusement des dérives de l'amour généralisé : même celui qu'on surnommait « le Pape de la gauche » a été pris la main dans la culotte d'un petit garçon. C'est fou, mais la foi semble donner à certains l'envie de jouer à touche zizi! Enfin, ne généralisons pas : il paraît qu'il est insensé de prétendre que l'abstinence mène à la déviance sexuelle. C'est pourquoi, sur ce point, je laisserai parler les spécialistes, si possible sans foi ni loi du silence.

La période des fêtes de fin d'année est enfin finie. Ouf ! En ces temps particulièrement propices aux échanges effusifs d'affection, la grippe régnait sans partage. J'ai donc choisi de rester chez moi, plutôt que d'entendre la musique sirupeuse que diffusent nos supermarchés, temples du gaspillage joyeux qui clôture le sacrifice des dernières pages du calendrier. Dans cette atmosphère de ʻTout le monde il est beau, tout le monde il est gentilʼ, j'ai failli abandonner la saine méfiance qui me caractérise. J'étais en effet couchée dans le fond de mon lit, tout heureuse d'échapper au réveillon de Noël où toute la famille s'engueule avec amour tout en se gavant de foie gras d'oie garni de confit d'oignon. Je me délectais de cette solitude et de l'épais tapis de neige qui paralysait tout le pays, ultime excuse à mon isolement, quand tout à coup j'ai entendu un grand boum ! D'où venait ce bruit tonitruant ? De la cheminée, pardi ! Je me suis avancée pieds nus, à pas feutrés. Et devinez qui j'ai trouvé en train de se réchauffer le cul sur mon feu ouvert ? Un vieux type en costume rouge, avec une grande barbe blanche et un sourire béat. Visiblement, c'est lui qui avait piqué mes charentaises. Il m'a dit qu'il avait prévu des cadeaux et il a voulu se jeter à mon cou ! Que nenni ! Je lis Le Soir, moi, Messieurs Dames, et ce mec avait vraiment l'air gentil. J'ai donc appelé au secours. Un gars tout noir s'est raboulé, traversant héroïquement ma fenêtre verglacée : « Je m'appelle Zwarte Piet, m'a-t-il dit, et je suis un copain de Bart De Wever, mais que cela ne te fasse pas peur : c'est la trêve de Noël et le rafistoleur royal lui a dit de rester à la maison. Ici, il n'y a plus que ʻtoi et moi bada bada, toi et moi bada bada, toi et moiʼ... Mais il fait un peu froid… » Et, les yeux libidineux, il a pris ce petit air coquin auquel je ne peux résister. Zwarte Piet était plutôt beau garçon, je lui ai fait de la place dans mon lit et…

…c'est alors que j'ai allumé la télé pour revoir le journal télévisé que j'avais enregistré la veille. Je ne manque en effet jamais un discours royal, surtout par les temps qui courent. Parce que le roi, depuis que je lis des contes de fée, c'est important pour moi… le genre de type qui croit qu'il est habillé même quand il est nu, ou qui organise un concours entre tous mes prétendants pour voir celui qui mérite ma princière main… le roi c'est sûr, il est fabuleux et j'attends de lui qu'il m'amène dans un autre monde, au ʻpays du merveilleux, joli pays des oiseaux bleus, où les enfants aiment couler des jours heureuxʼ... Dès le début du discours, Zwarte Piet s'est retourné en ronflant. Tous les mêmes, ces hommes… Moi, je me suis pelotonnée dans mon lit douillet, protégée par ses virils bras velus. Et je ne l'ai pas regretté. Qu'elle est jolie la contrée que j'ai vue là : le palais, royal, le sapin, majestueux, les lampadaires, lumineux, le drapeau, belge… c'est dire la magie ! Que de faste : j'étais comblée. Et ces images de félicité : Yves, et le terme est bien choisi, « brandissant » le drapeau européen ; Albert nous félicitant pour la présidence si réussie de l'Union et l'attribuant à notre légendaire « art du compromis ». J'étais aux anges… jusqu'à ce qu'il prononce le mot qui tue, le mot « pourtant ». Et le Roi, mon roi, a dit, m'a dit que cet art du compromis « au sein même de notre propre pays nous l'avons un peu oublié ces dernières années. » Ont suivi des termes horribles en ces jours d'euphorie généralisée : « concessions », « responsabilités », « éthique politique »… et surtout « BHV » ! C'est plus que je ne pouvais en entendre. Car chaque année, à Knokke-le-Zoute, je prends mes vacances d'été. Et pendant qu'ils s'engueulent tous à la télé, je baragouine le néerlandais et l'épicier du coin me répond en français. J'ai même rencontré un agent de police qui m'a parlé en secret dans la langue de Voltaire, tout en rédigeant son PV dans la langue de Vondel… C'est pas sympa, ça ? Enfin maintenant tout va changer : on est en 2011 et les Belges vont vouloir faire plaisir à sa Royale Majesté. Tous ensemble, réunis autour de son Appel solennel, nous allons créer un pays de contes de fées.

À découvrir aussi

Logo luxembourgeois

  • Fiction
Le sanglier a une longue histoire, ce qui ne l'empêche pas de retourner les jardins. Dans la nuit des temps, il supportait la déesse Arduinna, une Diane chasseresse à la mode celte, armée d'un arc et ...

Dédicacer, c'est un métier

  • Fiction
Dédicacer, c’est un métier.   Cher lecteur de mes bandes dessinées, j’ai envie de te connaître mieux. Ton avis m’intéresse, ce que tu as aimé, ce que tu n’as pas compris, ce que tu crois imaginer de l...

120 moi(s) part 2 - les années 2009-13

  • Fiction
Une décennie derrière l'ordi, tentative de retranscription de 10 ans de vie professionnelle en 120 dessins - par Nicolas Fong