Lettre à JMP (Bruxelles, de retour du Kaaistudio's)

Publié le  15.05.2010

Cher Jean-Marie,

 

Hier soir j'ai vu au Kunsten un film très réussi qui m'a beaucoup fait penser à toi. Tu vas très vite comprendre pourquoi : il s'appelle « Boulevard d'Ypres » et est consacré à cette artère de Bruxelles où tu habites. Ou plus exactement à ses habitants, tes voisins. Aux grossistes en dates et olives, aux immigrés clandestins, au peuple de l'Armée du salut, à ceux qui partent et à ceux qui arrivent, à ceux qui attendent surtout (du travail, un logement, une vie meilleure).

 

C'est un documentaire comme tu les aimes je crois. La réalisatrice ne se contente pas d'enfiler les témoignages comme des perles sur un collier. Elle construit son récit en dialecticienne malicieuse et appliquée, convoque la grande histoire pour mettre en relief la petite ; elle sait raconter, elle touche.

 

Les quais de chargement des grossistes deviennent scènes où tes voisins debout se racontent à la troisième personne : « Il était dans son pays et il a dû partir... ». Du théâtre-récit à base documentaire en somme. Sur les murs de béton gris des hangars à olives, elle projette des archives filmées de la bataille d'Ypres : on n'y voit ni tes aïeux ni les miens mais ceux de tes voisins, tirailleurs sénégalais, guinéens ou maghrébins, à cheval dans les dunes flamandes. Elle montre ces images à tes voisins, leur fait entendre des documents sonores d'époque qu'ils traduisent pour nous dans ta rue. Les voix se mélangent...

 

En voyant ce film, très théâtral dans le meilleur sens du terme, j'ai aimé m'imaginer que cette rue avait eu une influence réelle sur les textes que tu y as écrits. Le monde comme il va, l'injustice sociale, le désir d'exister et la quête d'identité, le dialogue de l'Histoire et de l'intime, tout cela est présent en concentré dans ta rue et dans ton théâtre. Comme toi, Sarah Vanagt (la réalisatrice) parvient à nous livrer ces pans du réel au travers d'une écriture exigeante, ciselée, ludique malgré la noirceur du sujet.

 

Je pense ne pas me tromper en te conseillant de voir « Boulevard d'Ypres ». Il est encore projeté le 16, le 23 et le 24 mai à 18h dans la petite salle du Kaaistudio's.

 

Je t'embrasse,

 

antoine.

À découvrir aussi

La fin est déjà arrivée. Il y a très longtemps.

  • Fiction
Dans son dernier roman traduit en français, 'L'enfant qui rêvait de la fin du monde' (Flammarion, 2011), Antonio Scurati plonge son lecteur dans un singulier jeu de navette.   Un épisode de folie coll...

train

  • Fiction
c'est arrivé une fois. le matin. je ne l'aimais plus. alors que rien ne bouge qu'on en était certains rien ne peut être cassé il y a eu ce seul matin là où je me suis réveillée et je ne l'aimais plus ...

Partir à Brest Sans

  • Fiction
« Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, mon micro dans ton *u... Tu te crois sur Radio U ? » MC Abdel, 11 ans et 3 pommes, in Radio Quartiers Live Circus @ Longueur d'Ondes 2018   Partir à Brest Sans  

Je suis un enfant des bulles

  • Fiction
J'ai grandi à travers les cases des bandes dessinées qui ont façonné mon imaginaire. De cette manière, j'ai ancré quelques certitudes qui ne m'ont plus quitté. Tintin est l'archétype du journaliste. A...