Portrait de Beckett en Bodhisattva

Publié le  21.03.2011

"L'homme avisé fait une île que le flot ne submergera pas."
Siddhârta Gautama

 

Les yeux ne cillent pas. Dans la chaleur tranquille de Chiang Mai. Un après-midi. Pas même le retentissement du séisme japonais ne le fait plier. À peine s'il me voit. Je m'étais dit à nouveau que je terminerais là ma lecture de la volumineuse biographie de Beckett. J'avais compté sur l'illustre lenteur de la vieille ville. Mais le flux constant des automobiles m'avait poursuivi. Je m'étais rabattu sur une promenade à dos d'éléphant et, malheur à ma bonne conscience occidentale, j'avais poussé l'itinéraire touristique jusqu'au village des femmes birmanes au long cou. J'avais retrouvé la douce ferveur des chants bouddhiques au hasard de mes intrusions dans les temples. Construire. Détruire. Conserver. Trois verbes à manipuler prudemment. Non, il ne me voit pas. Il me regarde mais il ne me voit pas. Assis, quelques mètres devant lui, l'observant, comme j'observerais sans comprendre un gisant. Après l'éclat doré du Bouddha-lion, revenu de si loin dans le temps, j'étais tombé sur lui sans m'y attendre. Plongé dans la profondeur du présent. Aucune tension dans ses traits. Je les avais traqués, millimètre par millimètre, près d'une heure durant. Objet de dévotion, il attirait à lui les hommages de fidèles impressionnés. Est-il vrai. Est-il faux. Je n'avais pu éviter la question. Il est là. Respiration inapparente. Les yeux fixés dans une direction inconnue. Le sourire indéfinissable de celui qui sait en l'absence de savoir. Libéré de la moindre pensée. Il ne sourit pas à notre adresse. Ma tête bouillonnant devant un tel vide. Scrutant à sa place le sens de son immobilité. Mon ventre me rappelant à la réalité de ma carcasse. Sourire sans vanité, sans ironie. Simple pli d'une extinction heureuse. Il n'y a pas de dieu providentiel. « Les mots vrais de l'esprit en ruine », aurait dit Beckett. Même rigueur tenace de celui qui s'est vaincu lui-même. Il faut se préparer au pire. Et être là.

À découvrir aussi

Vieux genre

  • Fiction
Dans « Gardenia », Alain Platel et Franck Van Laecke posent sur le plateau sept sexagénaires, anciens travestis ou transsexuels, le jeune danseur Timur Magomedgadzjeyev et l'initiatrice du projet, Va...

journal tronqué/paysages en format wav.

  • Fiction
Je termine une semaine de résidence en forêt organisée par Sites en lignes. Un  symposium de sculpture qui se déroule tous les deux ans dans le bois de Ligne à Silly.  Une quarantaine d'artistes se so...

"Je suis anarchiste !"

  • Fiction
Il s'est souvent prétendu anarchiste, comme Brassens, disait-il. C'est d'ailleurs souvent dans de grands moments de déception vis-à-vis de la politique qu'il prenait cette grave et solennelle décision...

Retour sur chronique (via Berlin)

  • Fiction
  Ce soir, en sortant du KVS où j'ai vu « Ich schau dir in die Augen gesellschaftlicher Verblendungszusammenhang! » de René Pollesch, avec l'ahurissant Fabian Hinrichs, je me dis que j'ai un peu rapid...