Un agenda électronique

Publié le  07.02.2011

On reconnaît l'homme d'importance à la taille de son agenda. L'absence d'agenda ne trahit pas nécessairement un homme de moindre importance. D'ailleurs les hommes vraiment importants possèdent un agenda électronique et une secrétaire pour le compléter jour après jour.

L'agenda en papier grand ou moyen format désigne l'individu qui veut faire entendre son rôle dans la hiérarchie. Autrement dit, un de ces parvenus que la vanité du privilège obsède comme une rage de dent. Le téléphone rivé à l'épaule, il fixe, reporte, supprime les rendez-vous du matin, puis recommence, jusqu'à cinq heures, et ainsi de suite durant des semaines, des mois, des années.

Un jour, l'angoisse du possible retard pousse l'agenda chez le médecin.

Ce dernier est un ami de collège ; il lui prescrit des anxiolytiques, et, dans la foulée, une secrétaire de direction.

L'énoncé de ce mot pleinement féminin lui rend le rose aux joues, et l'agenda s'en retourne au bureau, fleuré, la cravate soyeuse, l'eau de toilette vaporeuse.
Le voilà qui distribue des ordres masculins: au lieu de gribouiller des formes psychiatriques autour des chiffres du calendrier, il fait calligraphier ses rendez-vous ou se les fait annoncer par la voix d'ange. Le plaisir est si pointu, si retentissant que l'agenda exige de répéter, de biffer, d'avancer, de déplacer, de retarder, de prolonger les réunions.

Si la secrétaire est d'une compétence normale, il peut arriver que le projet de rendez-vous devienne un vrai rendez-vous.

Non plus en tête-à-tête avec elle, mais devant le contrôleur des finances.
Dans ce cas, le propriétaire de l'agenda prendra soin de simuler une panne électronique afin d'y envoyer un porte-plume et un calepin, de préférence munie de belles jambes.

Lui se contentera de parapher les notes de frais.

Et d'apposer son blanc-seing sur la nouvelle réglementation.

Car Monsieur l'Agenda est un monarque d'Ancien Régime.

À découvrir aussi

Un mot qui ne veut rien dire 2

  • Fiction
Après la leçon chinoise de la hongroise, la leçon de botanique de DominiqueSmatch 2. Je n’ai pas vu Smatch 1 (2009) Je ne regrette pas d’avoir vu Smatch 2 (2011) Mais je n’irai pas voir Smatch 3 (2013...

Un séjour à Anvers #3 : "Torenbeklimming"

  • Fiction
L'été est propice aux attractions touristiques il en est cependant qui font appel à des talents que je n'ai pas "Beklim de toren van de Kathedraal. Voor mensen met een goede fysieke conditie en geen h...

L’âpre grandeur des Solidarités mystérieuses

  • Fiction
Les grands livres arrivent souvent à bas bruit. S'ils transportent leurs lecteurs là où ceux-ci ne s'attendent absolument pas à être menés, ils sont loin de se donner tout de suite pour autant. Parfoi...

Rome. Encore et toujours

  • Fiction
Rome. Pourquoi sa rencontre constitue-t-elle chaque fois, non pas une surprise mais un perpétuel renouvellement d'un bonheur, un bonheur que l'on ne retrouve dans presque aucune autre ville ? Immersio...