Une année de spectateur... (Bilan 2010)

Publié le  27.12.2010

- La liste... (mes 10 meilleurs spectacles de 2010)

 

 

1. Ivanov Re/Mix - Roussel - Les Tanneurs

 

2. Via Intolleranza II - Schliengensief - Kunstenfestivaldesarts au KVS

 

3. Capital confiance - Transquinquennal & Toc - Varia

 

4. Un Uomo Di Meno - Delcuvellerie - Théâtre National

 

5. C'est comme ça et me faites pas chier - Garcia - Kunstenfestivaldesarts à Bozar

 

6. Trust - Richter & Van Dijk - Festival d'Avignon

 

7. otro (or) weknowitsallornothing (or) ready to - Diaz - Kunstenfestivaldesarts au Théâtre 140

 

8. L'Homme sans qualité 1 - Cassiers - Festival d'Avignon

 

9. Wijckaert, un interlude - Wijckaert - La Balsamine

 

10. Bête de style - Dussenne - Atelier 210

 

 

- Le contexte... (parenthèse égocentrée)

 

 

Année de spectateur très particulière : une bonne cinquantaine de spectacles vus entre janvier et juillet ; une petite dizaine à peine entre août et décembre. Ces six derniers mois, je fus surtout spectateur des premiers regards de ma fille cadette, née au début de l'automne.

J'ai vu moins de spectacles que l'an dernier parce que j'en ai aussi présenté davantage. Si je cumule chantiers (« Dehors », « Ficelés dans nos paquets de viande »), représentations (« Les Langues paternelles » au Vrak, à Avignon, à Silly ; « Les Conséquences » à Deux-Acren) et projets auxquels j'ai participé à la production (à Deux-Acren, à Liège), je crois avoir été pour la première fois autant spectateur de mon propre boulot que de celui d'autres (quantitativement, en nombre de soirées).

S'il ne fallait en garder que dix en 2010, ce serait donc ceux-là, sur base de critères finalement assez flous, aussi pour moi-même. Le plaisir de spectateur est le premier critère. S'y mêlent inextricablement, et parfois contradictoirement, la surprise, l'adéquation à l'idée que je me fais de ce que doit être le théâtre d'aujourd'hui (cf. mon manifeste), la place du spectacle dans le parcours de son créateur, les résonances avec ma propre pratique, ... (certains spectacles très réussis touchent parfois moins profondément que d'autres moins parfaits...)

 

 

- Les pourquoi... (quelques mots sur les spectacles)

 

 

« Ivanov Re/Mix » - Roussel - Les Tanneurs

L'impression qu'Armel Roussel, pour qui je nourrissais depuis longtemps une forte admiration, a ici concilié avec puissance et envergure les différentes veines de son travail. L'intimité de l'acteur, la fidélité au texte et l'écriture scénique originale s'y conjuguent avec une maîtrise bluffante (mon papier complet sur le spectacle paraîtra au printemps dans le n°108 d'Alternatives théâtrales).

 

 

« Via Intolleranza II » - Schliengensief - Kunstenfestivaldesarts au KVS

Une énergie, un langage, un foisonnement, un foutoir, un rapport au politique, au spectateur, jamais vus ailleurs. Une claque immense, la découverte d'un créateur, très rapidement suivies par le très grand regret d'apprendre que ce spectacle serait à la fois mon premier et mon dernier Schliengensief.

 

 

« Capital confiance » - Transquinquennal & Toc - Varia

Comme pour Ivanov, un plaisir très grand à voir des créateurs de la Communauté française se donner une véritable ambition esthétique et gagner leur pari. Le bouton poussoir de « Capital confiance » est l'élément théâtral le plus profondément subversif et générateur de salutaires discussions vu cette année.

 

 

« Un Uomo Di Meno » - Jacques Delcuvellerie - Théâtre National

Pour la démesure absolue, l'expérience de spectateur unique, l'impudeur, l'événement, toutes choses si rares sur nos scènes...

 

 

«C'est comme ça et me faites pas chier » - Garcia - Kunstenfestivaldesarts à Bozar

Bonheur de voir et entendre un auteur qu'on aime dans de nouvelles conditions, grâce au dispositif tri-frontal à petite jauge. Plaisir de retrouver ce que l'on connaît dans la différence : ici une douceur et une capacité à la création d'images insoupçonnées.

 

 

« Trust » - Richter & Van Dijk - Festival d'Avignon

Un spectacle entre « Capital confiance » et « Ivanov » : la crise y est prétexte à questionner la place de l'individu dans le système. Particulièrement apprécié pour l'articulation contradictoire de la danse aux textes et pour l'usage troublant de la phrase leitmotiv : « Et si on ne changeait rien... ».

 

 

« otro (or) weknowitsallornothing (or) ready to » - Diaz - Kunstenfestivaldesarts au Théâtre 140

Parce que cette générosité immédiate, joyeuse, intelligente, est totalement réjouissante. Davantage que le propos (exploration de nos rapports à l'altérité), le rapport tissé avec la salle m'a semblé rare et donc précieux.

 

 

« L'Homme sans qualité 1 » - Cassiers - Festival d'Avignon

L'intelligence dramaturgique de l'adaptation de ce texte majeur m'a ébloui. Démarche infiniment casse-gueule parfaitement gérée : le roman est traité par de nombreux canaux narratifs ; les acteurs passent du « je » au « il » (et donc de la situation à la narration) avec une parfaite justesse ; on nous parle parfaitement d'aujourd'hui.

 

 

« Wijckaert, un interlude » - Wijckaert - La Balsamine

Une écriture, une direction d'acteurs, une dynamique de plateau, une liberté de ton, qui n'appartiennent à personne d'autre et font de Martine Wijckaert une créatrice unique dans notre paysage théâtral. Ici, son retour sur son travail est féroce, ludique et beau.

 

 

« Bête de style » - Dussenne - Atelier 210

Parce que sujet et style semblent ici coller mieux que jamais à la démarche du metteur en scène. Une sorte d'évidence dans le parcours de Dussenne (dont je ne comprends pas toujours les choix de texte et qui ici fait mouche).

 

- Les regrets...

 

N'avoir pas vu, pour des raisons bonnes (le bébé, les représentations de mon travail) ou très mauvaises (la paresse, le sommeil, …) les spectacles d'Anne-Teresa De Keersmaeker, d'Angelica Liddell, de Maguy Marin, le deuxième Marthaler créé à Avignon (« Schutz vor der zukunft »), le deuxième Cadiot créé à Avignon (« Un mage en été »), le Gainsbourg-Bashung de Gallotta, et tant d'autres...

 

 

 

Bonnes fêtes, bons spectacles, à très bientôt...

 

                                                                                                              *

PS : Le forum de De Facto n'est désormais plus accessible. Pour réagir, il y a twitter ou le courrier électronique à l'adresse alaubin AT gmail.com (je suis tout disposé à publier ici même les réactions de ceux qui le souhaiteraient...)

À découvrir aussi

Broyage en Italie

  • Fiction
Le 13 novembre dernier, Silvio Berlusconi démissionnait de son poste de président du Conseil suite à la perte de confiance exprimée par une partie de sa majorité lors d'un vote à la Chambre. Quelques ...

Cette vie d'écrivain 1: Le malentendu

  • Fiction
Cette vie d’écrivain #1 Le malentendu   On se met à écrire à 15 ou à 20 ans. En cachette, pour échapper aux moqueries. Personne ne croit plus à ces vieilles légendes. Un jour, quand même, on finit par...

Cette vie d'écrivain 4: Le chagrin familial

  • Fiction
Cette vie d’écrivain #4 Le chagrin familial

Partir à Brest Sans

  • Fiction
« Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, mon micro dans ton *u... Tu te crois sur Radio U ? » MC Abdel, 11 ans et 3 pommes, in Radio Quartiers Live Circus @ Longueur d'Ondes 2018   Partir à Brest Sans