Deux petites réflexions sur la démocratie

Publié le  19.09.2011

Notre européenne Belgique, qui s'offre le luxe de vivre sans gouvernement depuis plus d'une année (remercions les nationalistes de tous bords), présente aujourd'hui une croissance supérieure à celles de ses voisins et un taux de chômage en baisse malgré la crise lancinante qui ronge les finances mondiales [1] . De quoi faire des jaloux dans les alentours. Bravo ! L'administration fonctionne, c'est sûr et certain. La Présidence européenne de l'an dernier, qualifiée d'exemplaire, en est une autre preuve indiscutable.
Mais quelque chose me chipote… Si un état fonctionne sans gouvernement, certains ne vont-ils pas sauter sur l'occasion : à quoi bon alors en vouloir un à tout prix ? Quelques directeurs ne suffiraient-il pas pour naviguer fièrement au travers des remous du cours des choses ? Quelques techniciens, quelques banquiers ? Tiens, tiens… Ces Ministères, ces cabinets, ces dépenses ! Ces élections ! Ces citoyens, allons bon ! Ne risque-t-on un jour de voir quelques-uns, chatouillés par ces idées, ranger dans un placard notre démocratie, notre droit de citoyen à émettre des choix ? Mais le Peuple, me direz-vous, le Peuple lors des grands tournants de l'Histoire, ne prend-il pas son destin en main ? Sans doute, sans doute… Mais je le trouve bien endormi, le Peuple, Mesdames, Messieurs… Et les indignés, me direz-vous ? C'est très bien de s'indigner, Mesdames, Messieurs, mais cela ne suffit pas, encore faut-il avoir quelque chose à proposer.

 

Dans mon pays d'adoption, l'Italie, ce trésor de la méditerranée bien mis à mal aujourd'hui, le petit Ubu, septuagénaire et demi, qui Préside le Conseil des Ministres (le Premier Ministre, si vous préférez), allonge des billets pour pouvoir caresser les fesses de jeunes filles qui n'hésitent pas à flatter le grand-père concupiscent pour rembourrer leur tirelire. Il n'y a sans doute pas là de quoi fouetter un chat, ce petit monde est consentant et je n'ai rien contre les obsédés sexuels, mais…
Mais nous avons appris que le petit Ubu méridional, si sûr de lui, de sa valeur, de sa pertinence, de son talent, donc, tellement convaincu du caractère indispensable de sa présence à la tête du gouvernement, achetait les voix de certains députés lors des votes où sa majorité risquait d'être mise à mal… Un coup bas dans le ventre de la démocratie et, hélas, sommet d'un iceberg dont-il vaudrait peut-être mieux ne jamais connaître l'entièreté. Tarif d'usage : 150 000 €. Il y a des putains qui coûtent vraiment les yeux de la tête, mais le petit Ubu peut s'offrir le monde s'il le veut.

[1] Dans le journal Le Soir du vendredi 9 septembre 2011.

À découvrir aussi

La sensation d’une aigrette de vent aux tempes.

  • Fiction
La sensation d’une aigrette de vent aux tempes.   J’ai du mal à me définir comme autrice. Dans ma représentation immédiate, l’auteur, assimilé à l’écrivain, est celui qui écrit – littéraleme...
  • Écrit
jeune femme qui sourit avec cheveux noirs attachés

Strip #1 : Léa Jarrin

  • Fiction
Sous l'impulsion de Bela, l'illustratrice Léa Jarrin a réalisé un strip de 4 cases sur "Salam" le documentaire de l'ancienne rappeuse française Mélanie Georgiades.

Le plus beau métier du monde

  • Fiction
Être scénariste est un rêve.   Écrire, c’est la liberté absolue. On s’invente un monde nouveau à chaque fois. On a mille vies. Moi, je suis à la fois une super flic qui vient à bout de la mafia l...

Résidence, vous avez dit résidence?

  • Fiction
Lorsqu'un auteur parle autour de lui d'aller en résidence d'écriture, la perplexité se lit généralement sur le visage des non initiés. Et pour cause.