Le spectateur perdu

Publié le  18.07.2010

Le théâtre est un art ingrat.

Il ne suffit pas d'être intelligent.

Il ne suffit pas de regarder le monde comme il va et d'en tirer des conclusions.

Il ne suffit pas de réfléchir aux formes.

Il ne suffit pas de s'entourer d'éclairagistes compétents, de scénographes compétents, de producteurs compétents.

Il ne suffit pas d'avoir bossé et de le montrer.

 

Pour que du théâtre advienne, il faut aussi créer des points de contact.

Des instants où scène et salle ressentent la nécessité de partager un espace commun.

Des instants où, intuitivement, on sait que cette co-présence a un sens.

 

Dans « L'Orchestre perdu », Christophe Huysman nous fait une démonstration, nous prouve son intelligence et ça nous laisse totalement de marbre. Nous ne savons pas pourquoi nous sommes là, pourquoi nous assistons à cela, en quoi cette démonstration nous concerne, nous regarde. Nous ne sommes pas regardés par ce spectacle. Il n'y a que Christophe Huysman qui le soit.

Constater qu'il a travaillé, qu'il n'est pas idiot, qu'il est bien entouré, n'y change rien.

 

Je ne vais pas au théâtre pour assister à une démonstration.

Je vais au théâtre pour jouir d'un partage inattendu.

Sans partage, pas de jouissance.

Et pas de théâtre.

À découvrir aussi

Ce qui reste des arbres

  • Fiction
"Chacun peut voir à partir d'un seul qui a vu." Leopardi  

Une ardeur, où ça ?

  • Fiction
La province du Luxembourg est une vaste région, faite de bosses, de fosses, de rivières et de quelques habitations isolées. Un bel autoroute vous y emmène pour les week end ensoleillés ou pour franchi...

Pourquoi j'ai quitté la carrière de Boulbon (mon Avignon 2011 – Jour 6)

  • Fiction
    Topo préalable : Sophocle / Vè siècle avant JC / 123 tragédies écrites / 7 conservées : Ajax, Antigone, Les Trachiniennes, Œdipe Roi, Électre, Philoctète, Œdipe à Colone / Projet Sophocle de Wajdi...