Un manque comme un attentat

Publié le  13.07.2013

Il est né le premier jour des 5 jours gagnés par Mercure à un jeu de dés avec la lune, elle, est née le quatrième jour. Lui, dans le temple de Jupiter, elle dans les marais.
Bien avant de voir la lumière, au creux du sein maternel, ils étaient déjà amoureux l'un de l'autre. De leur union ne pourra naître qu'un « Appolon » !
Il est envié d'un frère jaloux qui lui offrira un coffre d'or comme cercueil que la mer avalera.
Et quand on voit un cercueil aujourd'hui, ce n'est pas pour nous faire pleurer mais pour nous rappeler que le présent est un cadeau à savourer.
Elle, la belle Isis, cherchera Osiris sans relâche. Mais dès qu'elle le trouve, son frère en est averti et ne lui laissera plus aucune chance, il coupera son corps en morceaux qu'il disperse aux quatre coins du monde.
Isis poussée par un amour inconditionnel, retrouvera les différentes parties de son corps et le reconstituera. La seule partie manquante sera sa part masculine. Isis sculptera l'organe perdu avec de la terre d'argile.

Elle.
Ne connaît pas encore cette histoire.
Elle.
Se regarde dans le miroir.
Elle.
Glisse sa main droite sur le bas de son ventre, entre les cuisses.
Elle.
Observe l'autre dans la salle de bain.
Elle.
Pense que c'est une drôle de chose que ce robinet qu'il a entre les jambes.
Elle.
Ne sait pas encore qu'elle cherchera l'interdit.

Elle.
A  grandi.
C'est une femme qui aime un homme depuis longtemps.

Elle pense qu'elle est heureuse.
Ca lui fait peur.

Lui ne pense pas.
Pour quoi faire ?

Tout à coup.

Une explosion. Une bombe comme dans un attentat qui fait quatre morts d'un côté, peut-être plus de l'autre.
Des corps coupés en morceaux à cause d'un manque. Objet non identifié.

Comme Isis, elle essaie de réparer, de reconstituer, de sculpter, de panser les blessures.
L'opération est longue, douloureuse, délicate.

Les jours ont défilé.
Péniblement.

Ils décident de  fêter l'anniversaire.
Une date oubliée, celle de leur reconstruction.
Elle s'installe à la table réservée.
Il change d'avis, ne veut plus manger.
Elle décide de ne pas être vexée, de faire comme si ça ne lui faisait rien.
Faire semblant. Elle est devenue experte.
Par obligation, pour ne pas faire scandale à chaque fois.

Elle rit, discute avec ses voisins de table.
Tout va bien ou du moins elle fait comme si.
Elle accepte.
On met de la musique. Elle danse.
Il se fâche.
Elle a déjà oublié l'attentat.
Pas lui.
Des questions sont restées sans réponse.

Elle.
Panse.
Vit avec ce vide.

Lui.
Pense.
Regarde ses trous partout dans son corps.

À découvrir aussi

Ton(s)

  • Fiction
Le Kunstenfestivaldesarts se veut a-thématique dans sa programmation. Le premier week-end donne néanmoins souvent un ton, annonce une couleur parfois révélatrice des préoccupations qui animent les cr...

Dag Jan!

  • Fiction
Je lui avais pourtant dit et répété : « Faut choisir chéri, les peintures de Marco Taillebuis dans l’église de Ramillies ; l’Opéra de Purcell le long des quais du canal de Willebroek-Charleroi ; Die E...
  • Écrit
femme blonde floue

Loheré : texte poético-théâtral d'Amandine Laval

  • Fiction
Pour la série érotique du Belazine estival, Amandine Laval propose un texte sensoriel parlant d'été pastoral, de la torpeur du temps qui passe, de l'amour que l'on sent très fort.

Néron, tombeau d'Agrippine

  • Fiction
Depuis son arrivée au monde, Néron est une boule de peur, un fruit gras sans défense que sa mère mord jour et nuit. Son sexe n'est plus à lui, l'Empire ne lui a jamais appartenu, le scorpion Agrippine...