Icone
Image

La théorie du Y - Saison 1

La première saison sort en avril 2017 et comporte 11 épisodes d’environ 7 minutes. Elle est réalisée suite à un appel à projet de la télévision belge RTBF. La websérie remporte 7 prix internationaux.

Cette saison raconte l’histoire d’Anna, une jeune femme de 25 ans qui découvre sa bisexualité en étant confrontée aux clichés qui l’entourent. Adaptée de l’histoire de Caroline Taillet, la websérie se veut réaliste et touchante, tout en tentant de dédramatiser. On y découvre le monde LGBT bruxellois.

Les Yeux du territoire

En tant que citoyens, nous avons tous, en cas d’urgence avérée, le droit et le devoir de contacter les forces de l’ordre. Les réseaux, dont les appellations se déclinent sous les termes Vigilants, Solidaires ou Citoyens, lorsqu’ils sont liés à des questions de sécurité ou de prévention de la délinquance, proposent à leurs adhérents de transmettre aux forces de l’ordre des signalements qui ne constituent pas des délits, mais qui éveillent le soupçon. Depuis 2011, l’Etat met en place un vaste réseau d’informateurs dit de basse fréquence. Une manifestation de “civisme” qui interroge.

Les chemins égarés

Des lieux de rencontres sexuelles, on en trouve partout mais pas n'importe où. Situés en marge des villes (zones industrielles, sous-bois, aires d'autoroutes...), leur localisation échappe au regard des non-initiés. Les Chemins égarés est une réflexion sur ces espaces autonomes où s'exercent des désirs d'expériences libres entre hommes de tous âges et horizons. Amélie Landry emprunte une forme d'investigation inspirée des sciences sociales où se mêlent photographies de paysages, portraits en situation, cartographies, paroles d'usagers.

Les chemins égarés

Des lieux de rencontres sexuelles, on en trouve partout mais pas n'importe où. Situés en marge des villes (zones industrielles, sous-bois, aires d'autoroutes...), leur localisation échappe au regard des non-initiés. Les Chemins égarés est une réflexion sur ces espaces autonomes où s'exercent des désirs d'expériences libres entre hommes de tous âges et horizons. Amélie Landry emprunte une forme d'investigation inspirée des sciences sociales où se mêlent photographies de paysages, portraits en situation, cartographies, paroles d'usagers.